Zimbabwe. Les militant·e·s arrêtés pour la Journée de l’unité nationale doivent être libérés

Réagissant aux informations selon lesquelles les forces de sécurité ont arrêté trois militant·e·s à Bulawayo lors d’un événement de commémoration des victimes des massacres du Gukurahundi organisé pour la Journée de l’unité nationale le 22 décembre 2022, Flavia Mwangovya, directrice adjointe pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et la région des Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré :

Il est honteux que Thamsanqa Ncube, Melusi Nyathi et Samkeliso Tshuma aient été arrêtés pour la Journée de l’unité nationale, alors qu’ils appelaient à la paix nationale et souhaitaient rendre hommage aux victimes des massacres du Gukurahundi.

Flavia Mwangovya, directrice adjointe pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et la région des Grands Lacs à Amnesty International

« Il est honteux que Thamsanqa Ncube, Melusi Nyathi et Samkeliso Tshuma aient été arrêtés pour la Journée de l’unité nationale, alors qu’ils appelaient à la paix nationale et souhaitaient rendre hommage aux victimes des massacres du Gukurahundi. Leur arrestation est la dernière tentative en date des autorités de réduire au silence les personnes souhaitant perpétuer la mémoire des victimes. »

« Des personnes soupçonnées d’être des agents de la sécurité de l’État avaient déjà précédemment détruit des plaques commémoratives installées par des militant·e·s locaux, ce qui indique clairement que les autorités souhaitent censurer de manière permanente toute discussion ou commémoration des massacres du Gukurahundi. »

« Les trois militant·e·s arrêtés le 22 décembre n’ont pas commis la moindre infraction et doivent être libérés immédiatement et sans condition. Les autorités ont tergiversé quant aux accusations portées contre les trois militant·e·s, ce qui montre clairement qu’ils ont été arrêtés arbitrairement et envoie un message d’avertissement aux autres militant·e·s dans le pays. »

Les trois militant·e·s arrêtés le 22 décembre n’ont pas commis la moindre infraction et doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Flavia Mwangovya

Complément d’information

Thamsanqa Ncube, Melusi Nyathi et Samkeliso Tshuma travaillent pour Ibhetshu Likazulu, une ONG basée à Bulawayo, au Zimbabwe, qui œuvre à obtenir justice pour les victimes de génocide et d’autres atteintes aux droits humains.

Ils ont été inculpés de « participation à un rassemblement public » dans l’intention de promouvoir la violence.

Le 22 décembre marque la journée de l’Unité nationale au Zimbabwe, qui est commémorée depuis 1987 lorsque le PF-ZAPU et le ZANU-PF, deux partis politiques importants, ont signé l’Accord d’unité.