UN Photo / Jean-Marc FerrŽ

Inde. Les États membres de l’ONU doivent demander des comptes sur le bilan de l’Inde en matière de droits humains lors de son EPU

À la veille du quatrième Examen périodique universel (EPU) de l’Inde au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, qui aura lieu le 10 novembre, Aakar Patel, président d’Amnesty International Inde, a déclaré :

« Le quatrième EPU de l’Inde arrive à un moment où des institutions de défense des droits humains, d’autres entités jouant un rôle essentiel, des organes de presse indépendants et la société civile subissent des attaques systématiques dans le pays. Cette procédure représente une occasion précieuse pour les États membres de l’ONU de livrer un examen par les pairs du bilan de l’Inde en matière de droits humains et de lui demander des comptes pour ses violations des droits humains et autres atteintes à ces droits.

Le quatrième EPU de l’Inde arrive à un moment où des institutions de défense des droits humains, d’autres entités jouant un rôle essentiel, des organes de presse indépendants et la société civile subissent des attaques systématiques dans le pays

Aakar Patel, président d’Amnesty International Inde

« L’EPU offre également une chance de faire le point sur les recommandations issues des précédents examens que l’Inde doit encore mettre en œuvre, telles que la ratification de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et de son Protocole de 1967, ainsi que d’autres instruments internationaux. Par ailleurs, l’Inde a reçu des demandes de visites de 25 procédures spéciales des Nations unies, dont la plupart n’ont pas encore été acceptées.

« Amnesty International exhorte tous les États membres à engager des discussions constructives avec l’Inde, notamment en faisant un suivi de leurs recommandations passées et en proposant des recommandations concrètes pour améliorer le respect des droits humains dans le pays. »

Amnesty International exhorte tous les États membres à (proposer) des recommandations concrètes pour améliorer le respect des droits humains dans le pays

Aakar Patel

Complément d’information

L’EPU doit débuter à 13 h 30 TU (19 heures en Inde). Un fil Twitter rendant compte en direct de l’examen peut être consulté sur le compte Twitter d’Amnesty International Inde et des porte-parole seront disponibles pour des entretiens.

Dans sa communication en vue de l’EPU de l’Inde, dont le texte est disponible ici, Amnesty International évalue la mise en œuvre des recommandations faites au pays lors de son précédent EPU et exprime des préoccupations dans plusieurs domaines : liberté d’expression et de réunion pacifique, défenseur·e·s des droits humains, discrimination fondée sur la caste, droit à la santé, droit à la vie privée, violence religieuse, privation arbitraire de nationalité, droits des peuples autochtones et droits des femmes.

L’EPU du Conseil des droits de l’homme examine tous les quatre ans le bilan en matière de droits humains de tous les États membres des Nations unies. Cette procédure comporte une discussion interactive entre l’État examiné et les autres États membres. Pendant cette discussion, tout État membre peut poser des questions et faire des recommandations à celui qui fait l’objet de l’examen.

Des informations supplémentaires sur la procédure de l’EPU et l’examen de l’Inde sont disponibles sur cette page.