Doctors protest

Grèce. Les autorités doivent rendre des comptes à la suite des mesures d’austérité violant le droit à la santé

Amnesty International a pris une initiative marquante en engageant une action pour amener les autorités grecques à rendre des comptes devant le Conseil de l’Europe pour atteinte aux droits à la santé et à la non-discrimination.

Une plainte collective déposée auprès du Comité européen des droits sociaux mercredi 2 novembre présente en détail les conséquences catastrophiques sur la santé des mesures d’austérité mises en place par les autorités grecques à la suite de la crise économique de 2009-2010 et dénonce l’inaction du gouvernement pour en protéger la population.

« Après plus d’une décennie de récession et de mesures d’austérité, le système de santé de la Grèce s’est retrouvé exsangue, ce qui a eu des conséquences sur sa réponse à la pandémie de COVID-19. Dans ces circonstances, il est indispensable que nous demandions des comptes aux autorités pour les répercussions négatives de leurs décisions sur les droits humains de la population, a déclaré Sanhita Ambast, chercheuse et conseillère dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels à Amnesty International.

« L’action engagée le 2 novembre adresse un message clair à tous les gouvernements : il ne sont pas exemptés de tout contrôle et doivent assumer leurs responsabilités lorsque leurs décisions ont des conséquences néfastes sur les personnes et leurs droits économiques et sociaux. »

Complément d’information

Le gouvernement grec a adopté des mesures d’austérité en 2010, en réponse à la crise financière mondiale de 2008.

Les dépenses publiques ont été réduites de 32 % dans les différents secteurs, les dépenses de santé publique chutant de près de 43 % entre 2009 et 2017.

Les réformes structurelles ont fait basculer une part plus importante des coûts des soins sur les patient·e·s. En outre, les trois programmes d’aide financière conclus avec les créditeurs de la Grèce comportaient des conditionnalités, dont certaines ont encouragé ou influencé les mesures d’austérité qui se sont traduites par un système de santé affaibli.

Amnesty International a déjà exposé les conséquences de la politique économique sur le système de santé grec, notamment dans un rapport publié en 2020 : Resuscitation required – The Greek health system after a decade of austerity.