© VIKTOR DRACHEV/AFP via Getty Images

Bélarus. Un simulacre de procès pour « complot en vue de s’emparer du pouvoir » s’ouvre contre des militant·e·s politiques

En réaction aux informations selon lesquelles s’ouvre au Bélarus le procès pour « complot en vue de s’emparer du pouvoir » contre d’éminents militant·e·s politiques, dont Ryhor Kastusyou, leader du parti du Front populaire bélarussien (BNF), Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International, a déclaré :

« Aujourd’hui, un nouveau procès-spectacle démarre à Minsk avec pour unique objectif de sanctionner les détracteurs d’Alexandre Loukachenko et de décourager toute remise en cause de sa politique répressive. À la différence des autres parodies de procès qui se déroulent généralement à huis clos, celui-ci sera ouvert au public, afin que le monde entier puisse le voir pour ce qu’il est : une tentative désespérée d’écraser la dissidence.

À la différence des autres parodies de procès qui se déroulent généralement à huis clos, celui-ci sera ouvert au public, afin que le monde entier puisse le voir pour ce qu’il est : une tentative désespérée d’écraser la dissidence

Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International

« Tous ceux qui critiquent les autorités du Bélarus, détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression, doivent être libérés immédiatement et sans condition, et toutes les charges qui pèsent sur eux doivent être abandonnées. »

Complément d’information

Le 29 juillet, le tribunal régional de Minsk a débuté les audiences du procès contre le leader du Front populaire bélarussien (BNF), Ryhor Kastusyou, le consultant politique Alyaksandr Fyaduta, l’avocat Yury Zyankovich, son ancienne employée Volha Halubovich et le militant Dzyanis Krauchuk.

Alyaksandr Fyaduta et Yury Zyankovich ont été arrêtés le 12 avril 2021 à Moscou et par la suite transférés au Bélarus. Le même jour, Ryhor Kastusyou et Volha Halubovich ont été incarcérés à Minsk, suivis par Dzyanis Krauchuk, le 26 avril.

Alyaksandr Fyaduta, Yury Zyankovich et Ryhor Kastusyou sont inculpés de « complot en vue de s’emparer du pouvoir » au titre de l’article 357-1 du Code pénal. Yury Zyankovich est en outre inculpé de « création d’un groupe extrémiste » (article 361-1-1), « appels publics pour s’emparer du pouvoir » (article 361-3) et « incitation à la haine sociale » (article 130-3). Volha Halubovich et Dzyanis Krauchuk sont inculpés de « violation flagrante de l’ordre public » (article 342-1).