© Photo by Ye Jinghan on Unsplash

Afghanistan. Les talibans doivent immédiatement libérer le youtubeur Ajmal Haqiqi et ses collègues

QUOTE

En réaction à l’arrestation arbitraire du youtubeur Ajmal Haqiqi et de ses collaborateurs mardi 7 juin pour « outrage aux valeurs sacrées de l’islam », après qu’ils ont publié une vidéo dans laquelle ils auraient utilisé des versets du Coran d’une manière humoristique, Samira Hamidi, chargé de campagne sur l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« Arrêter le youtubeur Ajmal Haqiqi et ses collègues de manière arbitraire, et les contraindre à présenter des excuses parce que les autorités talibanes de facto ont été offensées par leur vidéo constitue une atteinte flagrante au droit à la liberté d’expression. Les talibans doivent relâcher ces youtubeurs immédiatement et sans condition, et mettre un terme à la censure persistante exercée contre les personnes souhaitant exprimer librement leurs idées. »

Les talibans doivent relâcher ces youtubeurs immédiatement et sans condition, et mettre un terme à la censure persistante exercée contre les personnes souhaitant exprimer librement leurs idées

Samira Hamidi, chargé de campagne sur l’Asie du Sud à Amnesty International

« Les restrictions au droit à la liberté d’expression doivent être expressément prévues par la loi, strictement nécessaires et proportionnées à un but légitime. Le droit international relatif aux droits humains ne permet pas de restrictions à la liberté d’expression simplement parce que son exercice est susceptible d’offenser ou d’insulter, ni pour protéger des convictions religieuses ou la sensibilité des adeptes d’une religion. Cette affaire est un exemple classique de la manière dont les talibans instaurent un climat de peur en Afghanistan en recourant à des arrestations arbitraires et à la coercition pour réduire la population au silence. »

« Depuis qu’ils ont pris le pouvoir, les talibans emploient des menaces, des manœuvres de harcèlement et la violence contre quiconque se prononce en faveur des droits humains ou de valeurs modernes, en particulier les défenseur·e·s des droits humains, les militantes, les journalistes et les intellectuel·le·s, entre autres. En tant qu’autorités de facto, les talibans doivent respecter le droit international relatif aux droits humains, ainsi que le droit de toutes les personnes à la liberté d’expression sans discrimination. »

Complément d’information

Ajmal Haqiqi est un mannequin et influenceur actif sur les réseaux sociaux résidant à Kaboul, en Afghanistan. La semaine dernière, une vidéo a été publiée sur sa chaîne YouTube, dans laquelle lui-même et trois autres personnes auraient utilisé des versets du Coran de manière humoristique. Le 5 juin 2022, Ajmal Haqiqi a publié une autre vidéo afin de présenter ses excuses pour la séquence précédente.

Le 7 juin 2022, la direction générale du renseignement des talibans a arrêté Ajmal Haqiqi et trois de ses collaborateurs pour « outrage aux valeurs sacrées de l’islam ». Plus tard ce jour-là, les « aveux » vidéo d’Ajmal Haqiqi, où il demandait de nouveau pardon, ont été diffusés.

Depuis le 15 août 2021, Amnesty International a recensé plusieurs cas d’arrestations arbitraires similaires, souvent accompagnées de déclarations arrachées sous la contrainte dans le but d’étouffer l’opposition dans le pays et de dissuader d’autres personnes d’exprimer leurs opinions.