Getty Images

Afghanistan. Les talibans doivent faire cesser immédiatement les homicides illégaux et les arrestations arbitraires dans la vallée du Panjshir

En réaction aux informations faisant état d’actes de torture, d’exécutions extrajudiciaires et d’arrestations arbitraires infligés à des civils par les talibans dans la province du Panjshir en Afghanistan, Zaman Sultani, chercheur sur l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« Des arrestations arbitraires et des homicides illégaux de civils par les talibans ne cessent d’être signalés dans la vallée du Panjshir. Les événements des deux dernières semaines laissent peu de place au doute quant à l’existence d’une pratique de plus en plus courante des exécutions extrajudiciaires et des arrestations arbitraires par les talibans. Ces graves atteintes aux droits humains créent un climat de peur et de méfiance dans la région, bafouent le droit international humanitaire et pourraient être constitutives de crimes de guerre. Les talibans doivent immédiatement remettre en liberté tous les civils arrêtés arbitrairement par leurs divers membres et groupes qui ont accusé ces personnes d’appartenance au Front national de résistance d’Afghanistan (NRF) – un groupe armé.

Les événements des deux dernières semaines laissent peu de place au doute quant à l’existence d’une pratique de plus en plus courante des exécutions extrajudiciaires et des arrestations arbitraires par les talibans

Zaman Sultani, chercheur sur l’Asie du Sud à Amnesty International

« Amnesty International est vivement préoccupée par les informations indiquant que des victimes d’arrestations arbitraires subissent en outre des actes de torture et des coups qui, dans certains cas, ont même entraîné leur mort, comme pour Abdul Munir Amini le 4 juin.

« Alors que les talibans démentent toutes les informations faisant état de morts de civils, ces événements s’accompagnent d’un manque de respect de l’obligation de rendre des comptes au sein de leurs rangs. En tant qu’autorités de facto en Afghanistan, les talibans doivent prendre immédiatement des mesures pour mener des enquêtes approfondies, impartiales et indépendantes sur ces faits et traduire en justice les responsables présumés des actes de torture, des arrestations arbitraires et des exécutions extrajudiciaires. Pour garantir le respect de l’obligation de rendre des comptes et la transparence et protéger les civils de la torture, des arrestations arbitraires et des disparitions forcées, les talibans doivent communiquer des informations sur toutes les personnes arrêtées ou détenues et permettre à ces dernières de contacter leurs proches. »

Complément d’information

Le 12 juin 2022, les talibans ont abattu Murzataza, habitant du district de Khesa-Awal, dans la province du Panjshir, qui souffrait de troubles mentaux selon certaines sources.

Le 4 juin 2022, le porte-parole du gouverneur taliban de la province du Panjshir a indiqué dans une déclaration vidéo destinée aux médias que moins de 40 personnes avaient été arrêtées. Le Front national de résistance d’Afghanistan (NRF), groupe armé qui combat les talibans, est très présent dans la vallée du Panjshir. L’une des personnes arrêtées, Abdul Munir Amini, aurait été torturé jusqu’à la mort.

Des informations parues dans les médias laissent penser qu’un plus grand nombre de civils que celui reconnu par les talibans ont été arrêtés arbitrairement dans plusieurs districts du Panjshir au cours des dernières semaines.