Getty Images

Hong Kong. Les arrestations de militant·e·s, dont un cardinal âgé de 90 ans, marquent une « escalade choquante » de la répression

Réagissant à l’arrestation de quatre membres du conseil d’administration de l’ancienne organisation 612 Humanitarian Relief Fund pour infraction à la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, Erwin van der Borght, directeur pour la région Asie et Pacifique à Amnesty International, a déclaré :

« Même au regard de l’ampleur qu’a récemment atteinte la répression à Hong Kong, ces arrestations représentent une escalade choquante. Certaines des personnalités pro-démocratie les plus respectées de la ville, qui ont toujours milité pacifiquement, sont à présent susceptibles d’être condamnées à plusieurs années de prison. Il n’y a guère d’exemple plus probant de la désagrégation totale des droits humains à Hong Kong.

« En prenant pour cibles ces quatre militants et militantes, parmi lesquels un cardinal de 90 ans, pour leur aide juridique et humanitaire à des manifestant·e·s, le gouvernement de Hong Kong montre clairement son mépris des droits fondamentaux de ses citoyens et citoyennes.

« Tenter de rendre passible de poursuites pénales l’assistance juridique, économique et médicale fournie aux personnes qui en ont besoin porte atteinte au droit à un procès équitable et à d’autres droits humains de toute la population.

« Les accusations de “collusion avec des forces étrangères” visant les membres du conseil d’administration du 612 Humanitarian Relief Fund soulignent une nouvelle fois la façon dont le caractère vague de la Loi sur la sécurité nationale peut être utilisé pour procéder à des arrestations motivées par des considérations politiques, ou simplement malveillantes.

« Les autorités hongkongaises doivent abandonner toutes les charges retenues contre les membres de cette organisation dissoute et les autres personnes prises pour cibles uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression, de réunion ou d’association. » 

Complément d’information

Le cardinal Joseph Zen (90 ans), l’avocate Margaret Ng (74 ans) et la chanteuse Denise Ho (45 ans) ont été arrêtés mercredi 11 mai pour « collusion avec des forces étrangères », au titre de la Loi sur la sécurité nationale en vigueur à Hong Kong. L’universitaire Hui Po-keung a été arrêté à l’aéroport de Hong Kong mardi 10 mai alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion, tandis qu’une cinquième administratrice, Cyd Ho (67 ans), est déjà détenue pour d’autres infractions. À l’exception de cette dernière, tous ont été libérés sous caution mercredi.

Ces cinq personnes étaient membres du conseil d’administration du 612 Humanitarian Relief Fund, qui a apporté un soutien financier pour fournir une assistance juridique aux personnes poursuivies en raison de leur participation aux grandes manifestations de 2019.

Cette organisation a cessé ses activités en septembre 2021, après la révélation d’une enquête du Service de sécurité nationale de la police hongkongaise dirigée contre elle.

Son nom fait référence à la date du 12 juin 2019, jour où la police a eu recours à une force injustifiée et excessive contre des manifestant·e·s majoritairement pacifiques qui protestaient contre le projet de loi sur l’extradition, abandonné par la suite.