Bélarus. Il faut libérer un mineur condamné à cinq ans d’emprisonnement dans l’attente de son appel

À l’approche de l'audience en appel de Mikita Zalatarou, un manifestant bélarussien de 17 ans condamné à cinq ans d’emprisonnement dans une colonie de redressement à l’issue d'un procès entaché d'irrégularités, Marie Struthers, directrice pour l'Europe de l'Est et l'Asie centrale à Amnesty international, a déclaré :

« Le cas de Makita Zalatarou vient brutalement rappeler la violence qui attend les personnes au Bélarus, y compris mineures, lorsqu’elles se heurtent à cet État répressif. Makita Zalatarou a été battu lors de son arrestation et pendant sa détention au moyen d’une matraque électrique. Maintenu en détention provisoire pendant plus de six mois, il est actuellement détenu à l'isolement - ce qui, pour les mineurs, s’apparente à une forme de torture ou autres traitements cruels, inhumains et dégradants. Cela fait sept mois qu’il est privé d’accès à l'éducation.

« Amnesty International appelle à la libération immédiate de Mikita Zalatarou dans l’attente du résultat de son audience en appel, et demande que son droit à un procès équitable soit pleinement respecté, ainsi que les droits qui sont les siens en vertu de la Convention relative aux droits de l’enfant. »

Complément d’information

Mikita Zalatarou, qui avait 16 ans au moment des faits qui lui sont reprochés, a été arrêté le 11 août 2020 pour infraction à l'article 293.1 du Code pénal du Bélarus (« organisation de troubles de grande ampleur ») et à l'article 295 du Code pénal (« activités illégales impliquant des munitions, de l’armement ou des explosifs »). Amnesty International avait fait part récemment de ses préoccupations au sujet de cette affaire dans une déclaration publique.

Le 22 février 2021, le tribunal du quartier Zheleznodorozhny, à Homel, a condamné Mikita Zalatarou à cinq ans d’emprisonnement dans une colonie de redressement, un établissement pénitentiaire pour détenus mineurs. Son audience en appel est prévue pour le 23 avril et aura lieu au tribunal régional de Homel.