Pologne. Le recul des droits reproductifs marque un jour noir pour les Polonaises

En réaction à la publication de l’arrêt du Tribunal constitutionnel polonais jugeant inconstitutionnel l’avortement en cas de « malformation grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable potentiellement mortelle pour le fœtus », Esther Major, principale conseillère pour le travail de recherche à Amnesty International, a déclaré :

« C’est un jour sombre pour les femmes et les filles en Pologne. Cette décision néfaste est un recul pour les droits sexuels et reproductifs des personnes susceptibles d’être enceintes, et met leur santé en danger.

Cette dangereuse décision s’inscrit dans une vague d’attaques systématiques et coordonnées contre les droits humains des femmes de la part des législateurs polonais.
Esther Major, Amnesty International

« Cette dangereuse décision s’inscrit dans une vague d’attaques systématiques et coordonnées contre les droits humains des femmes de la part des législateurs polonais. L’interdiction de l’avortement par la loi n’empêche pas l’avortement et ne réduit pas le nombre d’avortements. Au lieu de cela, elle ne fait que nuire à la santé des femmes en les obligeant à y recourir clandestinement ou à aller à l’étranger pour accéder aux soins d’interruption de grossesse dont elles ont besoin et auxquels elles ont droit.

Nous sommes solidaires de toutes les femmes et les filles en Pologne et partageons leur indignation face à cette cruelle décision.
Esther Major, Amnesty International

« Nous sommes solidaires de toutes les femmes et les filles en Pologne et partageons leur indignation face à cette cruelle décision. »