Argentine. Le Congrès doit adopter la loi historique de légalisation de l’avortement

Après la présentation par le président Alberto Fernández du projet de loi de légalisation de l’avortement au Congrès le 17 novembre 2020, Mariela Belski, directrice d’Amnesty International Argentine, a déclaré :

« Le militantisme et le combat sans relâche du mouvement des femmes ont permis cette avancée historique : aujourd’hui, l’avortement est un sujet central et urgent à l’ordre du jour politique. Le président a honoré son engagement et a présenté un projet de loi prévoyant la légalisation de l’avortement en Argentine. Le Congrès doit maintenant se montrer à la hauteur et ne doit pas rater cette occasion de reconnaître le droit des filles, des femmes et des personnes pouvant être enceintes de prendre librement les décisions concernant leur corps. »

Il est temps de dire au revoir à des dizaines d’années d’atteintes aux droits sexuels et reproductifs. La légalisation de l’avortement est un impératif de droits humains et une étape indispensable.
Mariela Belski, directrice d’Amnesty International Argentine

« Après trois années de résilience passées à attendre ce moment, nous devons sans plus tarder garantir l’accès à l’avortement légal en Argentine. Les personnes représentant la population argentine à la Chambre des députés et au Sénat doivent savoir que c’est maintenant à leur tour d’écouter la demande collective de cette marée verte imparable. Il est temps de dire au revoir à des dizaines d’années d’atteintes aux droits sexuels et reproductifs. La légalisation de l’avortement est un impératif de droits humains et une étape indispensable pour que notre société devienne, une bonne fois pour toutes, plus égalitaire. »