Cameroun. Huit élèves tués, une nouvelle étape terrible dans la crise anglophone

En réaction à l’homicide de huit élèves dans la ville de Kumba dans la région anglophone du Cameroun, Tity Agbahey, chargée de campagne pour l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré :

« L’homicide de huit enfants au sein de leur salle de classe est une atrocité qui met en évidence le besoin urgent de protéger les gens ordinaires de la violence qui continue de secouer les régions anglophones du Cameroun. Cette attaque effroyable montre la vitesse à laquelle la situation se détériore, et nous appelons les autorités camerounaises à prendre sans délai toutes les mesures possibles pour protéger la population.

« Au moins 12 autres élèves ont été blessés lors de l'attaque. L’année qui s’est écoulée a été marquée par une augmentation des attaques dans la région anglophone, où de nombreuses personnes ont été tuées, enlevées ou blessées.

« Les autorités camerounaises doivent envoyer un message clair et fort en enquêtant immédiatement sur ces homicides pour montrer que des crimes aussi déplorables ne sauraient être tolérés. Les responsables présumés doivent être identifiés, arrêtés, poursuivis et jugés dans le cadre d’un procès équitable.

« Nous appelons également les autorités à garantir, à tout moment et en tout lieu, le libre exercice du droit à l'éducation, car celui-ci est menacé. »

Complément d’information

Selon certaines informations, le 24 octobre, des hommes armés en tenue civile ont attaqué une école à Kumba, dans la région camerounaise du Sud-Ouest, tuant au moins huit enfants et en blessant 12 autres. Ils sont arrivés à moto et ont tiré dans une salle de classe. D’après des informations, plusieurs enfants ont été blessés en tentant de fuir les balles.