Malaisie. La loi sur les «fausses informations» est adoptée en hâte alors que les contestations sont vives

En réaction aux informations selon lesquelles les législateurs malaisiens ont adopté le projet  de loi sur les « fausses informations » le 2 avril 2018, James Gomez, directeur pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International, a déclaré :

« Les législateurs malaisiens n'ont pas attendu longtemps pour adopter une loi générale et vague qui risque d’être – et sera – utilisée contre les détracteurs pacifiques du gouvernement. Ce texte reprend avec cynisme le nouveau jargon de Twitter pour prolonger une ancienne politique : la criminalisation de la liberté d'expression.

Les législateurs malaisiens n'ont pas attendu longtemps pour adopter une loi générale et vague qui risque d’être – et sera – utilisée contre les détracteurs pacifiques du gouvernement.
James Gomez, directeur pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International

« Cette loi, qui pourrait être mise en œuvre dans les prochains jours, impose de lourdes sanctions et confère à la police des pouvoirs d'arrestation arbitraire ; elle permet également de porter des accusations contre les ressortissants d'autres États. Il s’agit d’une attaque flagrante envers la liberté d’expression. »

Complément d’information

Le 2 avril, la Chambre basse du Parlement malaisien a approuvé le projet de loi sur les « fausses informations », qui prévoit des amendes s'élevant jusqu'à 500 000 ringgits (environ 100 000 euros) et une peine maximale de six ans d'emprisonnement. Le texte sera débattu au Sénat dès le 5 avril. Si elle est adoptée par les deux chambres, la loi pourrait entrer en vigueur dans les jours qui suivent.