Zambie. Le musicien Pilato fuit son pays d'origine après une nouvelle vague de répression contre les dissidents

Les autorités zambiennes doivent immédiatement prendre des mesures pour garantir le droit à la liberté d'expression des artistes, a déclaré Amnesty International le mardi 23 janvier 2018, après qu’une vague de répression de la dissidence a contraint un musicien célèbre à fuir le pays.

La détermination éhontée de certains en Zambie à faire taire les voix dissidentes ne peut que sonner le glas de la forte culture d’engagement pour laquelle le pays est célèbre.
Muleya Mwananyanda, directrice adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International

Le musicien et militant Fumba Chama, dont le nom de scène est Pilato, a quitté la Zambie le 5 janvier après avoir reçu des menaces en raison de sa nouvelle chanson, Koswe Mumpoto (un rat dans le pot), perçue comme critique à l’égard du président Edgar Lungu et de ses ministres du Front patriotique, le parti au pouvoir. Dans cette chanson, il compare les membres de l’élite dirigeante à des rats qui dérobent et mangent de la nourriture, y compris des aliments dont ils n'ont pas besoin.

« La détermination éhontée de certains en Zambie à faire taire les voix dissidentes ne peut que sonner le glas de la forte culture d’engagement pour laquelle le pays est célèbre », a déclaré Muleya Mwananyanda, directrice adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« Il faut permettre au droit à la liberté d'expression de s’épanouir. »

Pilato a décidé de partir après avoir reçu en décembre un message vidéo enregistré par des cadres du parti au pouvoir, le Front patriotique, dans lequel ils menaçaient de le rouer de coups pour avoir diffusé cette chanson, qui rencontre un énorme succès depuis sa sortie en décembre.

Le 11 décembre 2017, le président des jeunes du Front patriotique pour la province du Centre a enjoint Pilato à ne plus chanter ce titre. De plus, les autorités ont ordonné aux stations de radio et de télévision de cesser de le diffuser.

La police a également refusé à Pilato l’autorisation de se produire lors de plusieurs concerts prévus en décembre. Dans les endroits où il a été autorisé à chanter, la police a imposé des conditions, lui interdisant notamment d’interpréter ses titres controversés.

Autre illustration du climat de plus en plus oppressif en Zambie, le tribunal de première instance de la ville de Mongu, dans l’ouest du pays, a condamné un médecin, Kwalela Kafunya, à sept ans de prison en application d’une législation répressive remontant à la période coloniale, pour avoir créé un faux compte Facebook caricaturant le président Lungu. Kwalela Kafunya a été accusé de diffusion en ligne de propos perturbants et d’insultes, ainsi que d'atteinte numérique à l'image du président.

Il faut permettre au droit à la liberté d'expression de s’épanouir.
Muleya Mwananyanda

« Il est inquiétant que les autorités zambiennes s'en prennent désormais aussi aux personnes qui utilisent les réseaux sociaux tels que Facebook pour s'exprimer », a déclaré Muleya Mwananyanda.

« Ce harcèlement et la répression de la dissidence doivent cesser immédiatement. »