Arabie saoudite. Le droit de conduire représente pour les femmes une avancée attendue depuis longtemps

Il s'agit d'un petit pas en avant attendu depuis longtemps, et nous accueillons cette mesure avec satisfaction si elle signifie que toutes les femmes en Arabie saoudite vont enfin être autorisées à conduire sans aucune restriction
Philip Luther, directeur de la recherche et du travail de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International

Réagissant à l'annonce faite par le gouvernement saoudien selon laquelle les femmes vont être autorisées à conduire, Philip Luther, directeur de la recherche et du travail de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré :

 

« C'est grâce au courage des militantes qui depuis des années mènent campagne que le gouvernement saoudien a enfin cédé et décidé d'accorder aux femmes le droit de conduire.

« Il s'agit d'un petit pas en avant attendu depuis longtemps, et nous accueillons cette mesure avec satisfaction si elle signifie que toutes les femmes en Arabie saoudite vont enfin être autorisées à conduire sans aucune restriction.

« Si à partir du mois de juin de l'an prochain, les femmes en Arabie saoudite conduisent dans les rues sans avoir à craindre d'être arrêtées, il y aura alors tout lieu de se réjouir. Mais il s'agit d'un simple pas en avant. Il est également nécessaire que soient supprimées en Arabie saoudite toute une série de lois et de pratiques, notamment le système de tutelle qui impose à chaque femme un tuteur, qui peut être son père, son frère, son mari ou son fils, qui prend des décisions à sa place.

« De plus, il ne faut pas oublier que l'Arabie saoudite a récemment arrêté un nouveau groupe de militants des droits humains (voir https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2017/09/saudi-arabia-arrest-of-two-prominent-activists-a-deadly-blow-for-human-rights/) et d'opposants pacifiques. La répression continue de battre son plein en Arabie saoudite, et ce pas en avant isolé ne va pas fondamentalement changer la situation. »

Pour de plus amples informations ou pour une interview, veuillez prendre contact avec le Service de presse : courriel : press@amnesty.org ; tél : +44 20 7413 5566.

Complément d’information

Le décret signé par le roi annonce la création d'une commission (composée de représentants des ministères de l'Intérieur, des Finances, du Travail et du Développement social) chargée d'étudier les mécanismes de mise en œuvre sur une période de 30 jours.

Cependant, ce décret n'entrera en vigueur que le 23 juin 2018, et il précise qu'il sera appliqué selon « les règles juridiques établies », sans aucune autre précision, ce qui soulève des questions quant à la façon dont il sera exactement mis en œuvre dans la pratique.