Afrique du Sud. L’affaire du cercueil doit inciter le gouvernement à agir contre les crimes motivés par la haine

En réaction au verdict de culpabilité rendu par la Haute cour de Middleburg le 25 août dans l'affaire concernant la tentative d’enfermer un jeune homme dans un cercueil, Shenilla Mohamed, directrice exécutive d'Amnesty International Afrique du Sud, a déclaré :

Cette affaire abjecte rappelle que la discrimination est toujours bien ancrée dans la société sud-africaine.
Shenilla Mohamed, directrice exécutive d'Amnesty International Afrique du Sud

« Cette affaire abjecte rappelle que la discrimination est toujours bien ancrée dans la société sud-africaine. Le fait que cette agression a été filmée en vidéo puis postée sur les réseaux sociaux laisse à penser que les responsables ne craignaient guère de devoir comparaître en justice.

Il n'y a pas de place pour le racisme et la discrimination dans une société. Cette terrible affaire doit inciter le gouvernement à finaliser la loi relative aux crimes motivés par la haine afin de lutter efficacement contre les actes de discrimination.
Shenilla Mohamed, directrice exécutive d'Amnesty International Afrique du Sud

« Il n'y a pas de place pour le racisme et la discrimination dans une société. Cette terrible affaire doit inciter le gouvernement à finaliser la loi relative aux crimes motivés par la haine afin de lutter efficacement contre les actes de discrimination. »

Complément d’information

Deux hommes ont été arrêtés pour avoir tenté de forcer Victor Mlotshwa à entrer dans un cercueil et l'avoir menacé de l’arroser d'essence en août 2016.

Ils ont été inculpés d'enlèvement, de coups et blessures avec intention d’infliger des lésions corporelles graves et de tentative de meurtre. Ils ont été jugés par le tribunal régional de Delmas, dans la province de Mpumalanga.