Chine. Des dizaines de milliers de personnes demandent au président Xi Jinping de libérer Liu Xia

Près de 70 000 personnes à travers le monde ont appelé le président chinois à lever toutes les restrictions et à mettre fin au harcèlement contre la poétesse et artiste Liu Xia, un mois après la mort de son mari, le lauréat du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo.

On est sans nouvelles de Liu Xia depuis les funérailles de son mari et la cérémonie de dispersion en mer de ses cendres organisés à la hâte le 15 juillet. Liu Xiaobo, un prisonnier d’opinion, était décédé en détention deux jours plus tôt.

Dans une lettre ouverte au président Xi Jinping, près de 70 000 personnes demandent aux autorités chinoises de lever toutes les restrictions arbitraires qui pèsent contre Liu Xia, et de veiller à ce qu’elle puisse voyager librement.

« Liu Xia est punie cruellement pour n'avoir jamais abandonné son mari emprisonné à tort, » a déclaré Lisa Tassi, directrice en charge des campagnes au sein du bureau régional Asie de l’Est.

« La perte incommensurable de Liu Xia est aggravée par la tentative illégale et vindicative des autorités chinoises de la réduire au silence. Notre message à l’attention du président Xi Jinping est clair : il faut mettre fin au harcèlement de Liu Xia et la libérer immédiatement. »

Liu Xia est assignée à résidence de manière illégale depuis 2010, après l'attribution du Prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo. Après les funérailles de son mari, Liu Xia a été emmenée dans la province du Yunnan puis a été renvoyée à Beijing, où elle réside. On ignore où elle se trouve actuellement.

Elle souffre de stress psychologique, d’anxiété et de dépression en raison de la manière dont elle est traitée par les autorités.

Depuis la mort de Liu Xiaobo, les autorités ont arrêté et harcelé les militants qui ont organisé des cérémonies en sa mémoire. Six militants de la province de Guangdong ont été placés en détention pour avoir « réuni une foule en vue de troubler l'ordre social », infraction passible de sanctions pénales, après qu'ils eurent mené une réunion de commémoration en bord de mer.

« Toutes les personnes détenues pour avoir exercé légitimement leur droit à la liberté d’expression doivent être libérées immédiatement et sans condition », a déclaré Lisa Tassi.

« Quelles que soient les tactiques déplorables employées par les autorités, elles ne réussiront jamais à effacer l’héritage de Liu Xiaobo. Il a motivé des millions de personnes à se battre pour la liberté et la justice face à l'oppression, non seulement en Chine mais également partout dans le monde. »

Liu Xiaobo avait contribué à la rédaction d’un manifeste réclamant des réformes politiques en Chine : la Charte 08. Il n’avait fait qu’exercer ses droits fondamentaux mais cela lui avait valu d’être condamné à 11 ans de prison en 2009 pour « incitation à la subversion de l’État ».

Le lauréat du Prix Nobel de la paix est décédé en détention d’un cancer du foie, et les autorités ont rejeté ses demandes et celles de sa famille de se rendre à l’étranger pour y être soigné. Amnesty International l’avait adopté comme prisonnier d’opinion.