Gambie. Libération sous caution d’un responsable de l'opposition

En réaction à la libération sous caution, ordonnée par une cour d'appel gambienne, du responsable de l'opposition Ousainou Darboe et de 18 autres manifestants pacifiques ce lundi 5 décembre, Sabrina Mahtani, chercheuse d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest anglophone a déclaré :

« La libération sous caution d'Ousainou Darboe et de 18 autres manifestants pacifiques est un grand moment pour eux, ainsi que pour leurs familles. Nous espérons que cette avancée positive est le signe qu'en temps voulu ils seront acquittés de toutes les charges. »

« Cependant, nous ne devons pas oublier les autres prisonniers d'opinion qui sont encore en prison uniquement pour avoir exprimé leur opinion ou participé à des manifestations pacifiques. Parmi eux, trois imams qui ont été arrêtés par les forces de sécurité il y a plus d'un an et que plus personne n'a revu depuis. Leur « crime » : avoir soumis une pétition au gouvernement. »

Nous ne devons pas oublier les autres prisonniers d'opinion qui sont encore en prison uniquement pour avoir exprimé leur opinion ou participé à des manifestations pacifiques.
Sabrina Mahtani, chercheuse d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest anglophone

 

Complément d’information

Lundi 5 décembre, la cour d'appel de Banjul a ordonné la libération sous caution de 19 personnes, dont Ousainou Darboe, le responsable du parti d'opposition Parti démocratique unifié (UDP). Ces personnes avaient été déclarées coupables le 20 juillet 2016 et condamnées à 3 ans d'emprisonnement pour avoir participé à des manifestations pacifiques. Elles ont été déclarées coupables de six chefs d’accusation liés à leur participation à des manifestations non autorisées le 16 avril 2016 en périphérie de la capitale, Banjul. Le tribunal les a enjoints à lui remettre leur passeport. Quatorze autres personnes sont toujours en attente de procès.