L’attribution du prix Nobel de la paix illustre la volonté que la Colombie ne ferme pas la porte aux espoirs de paix et de justice

L'attribution du prix Nobel de la paix 2016 au président colombien Juan Manuel Santos témoigne de l'espoir que les Colombiens vont persévérer dans leur quête de paix et de justice, a déclaré Amnesty International vendredi 7 octobre.

« Des millions de Colombiens réclament toujours paix et justice. Ce prix rend hommage à l'initiative prise par le président Santos et son gouvernement, mais aussi à toutes les initiatives menées tant en Colombie qu'à l'étranger pour défricher un chemin vers la paix et la justice, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.

Des millions de Colombiens réclament toujours paix et justice. Ce prix rend hommage à l'initiative prise par le président Santos et son gouvernement, mais aussi à toutes les initiatives menées tant en Colombie qu'à l'étranger pour défricher un chemin vers la paix et la justice.
Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International

 

 

« Nous espérons que l’attribution de ce prix Nobel donnera du courage aux différents acteurs pour qu’ils poursuivent leurs efforts afin de conclure un accord de paix définitif, qui garantira le droit des victimes à la vérité, à la justice et à des réparations et mettra fin aux violations des droits humains qui ont marqué le conflit armé.

« Les atteintes aux droits humains font toujours partie de la vie quotidienne des Colombiens et ont un impact disproportionné sur les populations marginalisées, particulièrement les communautés indigènes, afro-colombiennes et paysannes, ainsi que les défenseurs des droits humains, les responsables de communautés, les syndicalistes et les défenseurs des droits fonciers. Pour que cet accord de paix soit effectif et pérenne, il doit être mis en œuvre en consultation très étroite avec les groupes les plus touchés depuis des décennies par ce conflit sanglant.

« Le prix Nobel de la paix décerné ce jour sera un soutien aux initiatives visant à mettre fin aux violations commises dans le cadre de l'autre conflit qui fait rage en Colombie, impliquant l’Armée de libération nationale (ELN), un groupe armé, et doit inciter les autorités colombiennes à prendre des mesures plus efficaces pour en finir avec les exactions commises par les paramilitaires. »