© DR

Congo Brazzaville. Un dirigeant de l’opposition condamné à deux ans d’emprisonnement

« Condamner Paulin Makaya à deux ans d’emprisonnement pour avoir simplement pris part à un mouvement de protestation illustre une fois encore à quel point la liberté d’expression et l’opposition sont restreintes en République du Congo », a déclaré Stephen Cockburn, directeur régional adjoint d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Amnesty International considère Paulin Makaya comme un prisonnier d’opinion qui n’aurait jamais dû être arrêté.

Stephen Cockburn, directeur régional adjoint d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

« Amnesty International considère Paulin Makaya comme un prisonnier d’opinion qui n’aurait jamais dû être arrêté, et l’organisation demande sa libération immédiate et inconditionnelle. »

Complément d’information

Paulin Makaya dirige le mouvement politique Unis Pour le Congo (UPC). Il a été arrêté et placé en détention le 23 novembre 2015, après avoir participé à un mouvement de protestation contre le référendum sur la modification de la Constitution organisé en octobre 2015. Il a été reconnu coupable de participation à une manifestation non autorisée, mais deux autres chefs d’inculpation dont il faisait l’objet –complicité dans l’incendie volontaire de bâtiments publics et détention illégale d’armes de guerre – ont été abandonnés.