Victoire ! Le Nebraska devient le 19e État américain à abolir la peine de mort

Par Christy Hargesheimer, residente de Nebraska y coordinadora de acción sobre pena de muerte en el estado de Nebraska de Amnistía Internacional Estados Unidos

Qui aurait pensé que ce soit possible ? Le Nebraska, État à forte tendance républicaine (malgré quelques bastions centristes) a réussi à abroger officiellement la peine de mort par un vote qui a renversé le veto opposé par le gouverneur ! Et qui est derrière cette victoire ? Une solide coalition d’abolitionnistes, ainsi que quelques soutiens improbables.

Commençons par quelques éléments historiques : le Nebraska avait été le premier État américain de l’ère moderne à abolir la peine de mort sur le plan législatif, en 1979, mais le projet de loi en question n’avait pas survécu au veto du gouverneur. C’est ainsi que trois exécutions ont eu lieu dans les années 1990, dont la dernière en 1997.

Trois exécutions ont eu lieu dans les années 1990, dont la dernière en 1997.
Christy Hargesheimer, habitante du Nebraska et coordinatrice des actions relatives à la peine de mort dans le Nebraska pour Amnesty International États-Unis

En 1999, un projet de loi visant l’instauration d’un moratoire a été approuvé, mais a fait l’objet d’un veto. Une étude a en revanche été autorisée. Dirigée par David C. Baldus, professeur de droit à l’université de l’Iowa, celle-ci a conclu que l’application de la peine de mort était arbitraire car elle reposait davantage sur des facteurs géographiques, sociaux, ethniques et sur la discrétion des procureurs que sur l’équité.

En 2008, la Cour suprême du Nebraska a statué que l’utilisation de la chaise électrique constituait un « châtiment cruel et inhabituel » puisqu’à ce moment, cet État était le seul endroit au monde où l’électrocution était l’unique méthode d’exécution. L’injection létale a remplacé la chaise électrique comme mode d’exécution, mais depuis que l’approvisionnement légal en produits pharmaceutiques fait défaut au Nebraska, ses autorités se sont abstenues de procéder à des exécutions.

Enfin, en 2013, assez de voix ont été réunies pour obtenir l’abolition, mais pas suffisamment pour déjouer l’obstruction parlementaire.

Cette année, après plusieurs décennies de lutte, nous avons obtenu assez de voix pour empêcher une obstruction parlementaire et la loi parrainée par Ernie Chambers, sénateur d’Omaha qui milite en faveur de l’abolition depuis une quarantaine d’années, a finalement pu être adoptée définitivement.

Le suspense était à son comble ; réussirions-nous à renverser le veto promis par le gouverneur, ou serait-il un obstacle insurmontable comme en 1979 ? Aujourd’hui, nous avons la réponse. Que la fête commence !

Pour en revenir aux « soutiens improbables » que j’ai évoqués plus haut... Qui nous a aidés à parvenir à ce moment historique ? De nombreux proches de victimes se sont exprimés au sujet de l’énorme impact négatif que l’attention permanente des médias avait eu sur leur vie. Beaucoup de figures religieuses (dont le pape et le dalaï-lama) ont soutenu l’abrogation. Des magistrats, et même quelques procureurs, un ancien juge du Nebraska et d’anciens gardiens de prison d’autres États ont déclaré qu’il était temps d’avancer. Cependant, dans le Nebraska, ce sont vraiment les parlementaires conservateurs qui ont passé le cap et commencé à présenter des arguments moraux et économiques signalant la fin d’une entreprise en faillite.

Cela n’aurait toutefois pas pu arriver sans le travail acharné des associations déterminées à mettre fin à la barbarie d’État. Amnesty International États-Unis a été là pour nous, par le biais des listes téléphoniques et des diffusions de courriels demandant aux membres de l’organisation au Nebraska de contacter leurs législateurs.

Le Nebraska bénéficie également d’une solide coalition de personnes qui collaborent ensemble ; Nebraskans for Alternatives to the Death Penalty (NADP), Equal Justice USA (EJUSA), American Civil Liberties Union (ACLU) et beaucoup d’autres organisations ont travaillé avec acharnement pour sensibiliser les responsables politiques et les électeurs. Et les médias ont publié de nombreux éditoriaux appelant à l’abolition dans les principaux journaux de l’État.

Le raz de marée abolitionniste continue de balayer les États-Unis, et bientôt la peine de mort sera reléguée aux livres d’histoire, où est sa place. À qui le tour ?
Christy Hargesheimer.

Alors, merci à tous pour votre soutien, vos appels téléphoniques et vos courriels. Le Nebraska vient désormais grossir les rangs des États qui ont renoncé à ce châtiment arbitraire et irréversible – il devient le 19État américain sans peine capitale et le 7à l’avoir abolie dans les huit dernières années.

Le raz de marée abolitionniste continue de balayer les États-Unis, et bientôt la peine de mort sera reléguée aux livres d’histoire, où est sa place. À qui le tour ?

Pour en savoir plus

USA: Talking killing - Nebraska becomes 19th abolitionist state as US Supreme Court mulls lethal injection (28 mai 2015)