Nouvelle version d'une chanson de Joss Stone pour soutenir l'adoption d'un traité fort sur le commerce des armes

« Le Traité sur le commerce des armes pourrait être l'un des instruments internationaux les plus importants jamais obtenus. » – Joss Stone La chanteuse-compositrice et actrice Joss Stone, le photographe de guerre Paul Conroy et le musicien et producteur Dave Stewart appellent les dirigeants des États rassemblés aux Nations unies à adopter un traité efficace sur le commerce des armes et lancent une nouvelle version de la chanson Take Good Care. Celle-ci a été coécrite par Paul Conroy – qui a été grièvement blessé cette année à Homs, en Syrie – et Joss Stone, et produite par Dave Stewart. Elle témoigne de leur soutien à l'appel lancé par Amnesty International aux dirigeants du monde pour qu'ils adoptent un Traité international sur le commerce des armes (TCA) qui soit efficace et énergique. Paul Conroy a écrit cette chanson en réaction à l'impact dévastateur de la violence et du conflit armés sur la vie des gens à Misrata, en Libye. Il a expliqué : « Ayant couvert des conflits armés de très près, j'ai vu les dégâts humains révoltants d'un monde inondé d'armes et de matériel militaire qui sont trop faciles à se procurer. La brutalité est la même, où qu'elle ait lieu. La seule réponse raisonnable est de maîtriser ce flux d'armes incontrôlé une bonne fois pour toutes en adoptant maintenant un traité mondial efficace sur le commerce des armes. » Actuellement, il n'existe aucune réglementation mondiale juridiquement contraignante du commerce international des armes. La mosaïque actuelle de contrôles inefficaces crée d'énormes lacunes et rend les embargos impossibles à appliquer. Les conséquences sont désastreuses : des armes et des munitions continue d'être transférées de manière irresponsable dans des endroits où elles sont utilisées pour commettre de graves atteintes aux droits humains. Joss Stone a déclaré : « Le Traité sur le commerce des armes pourrait être l'un des instruments internationaux les plus importants jamais obtenus. Un traité fructueux pourrait littéralement sauver des vies, arrêter des conflits sanglants et empêcher que des millions de femmes, d'hommes et d'enfants ne soient chassés de chez eux par la terreur. « Nous avons vu comment des armes entre les mauvaises mains peuvent avoir des conséquences absolument désastreuses. Non seulement pour les victimes elles-mêmes, mais également pour leur entourage. C'est pourquoi je soutiens pleinement l'appel lancé par Amnesty International aux dirigeants mondiaux pour qu'ils adoptent un traité énergique et efficace sur le commerce des armes, au cœur duquel les droits humains seront placés. » Dave Stewart a ajouté : « Quand on pense que chaque année sont produites deux balles par habitant de la planète, il est évident que le commerce des armes n'est pas maîtrisé. Le besoin de renforcer la réglementation du commerce des armes n'a jamais été aussi grand que maintenant. « Des millions de personnes meurent sans raison parce que des armes se retrouvent dans des régions où elles sont utilisées pour alimenter le conflit et commettre les pires atrocités. Ces morts peuvent être empêchées si nous avons un Traité sur le commerce des armes qui est fort et centré sur les droits humains. » Cependant, Amnesty International souligne que le TCA ne sera efficace que s'il s'appuie sur des protections contraignantes en matière de droits humains qui garantissent que tous les États soient tenus d'empêcher les transferts d'armes classiques lorsqu'il existe un risque important que ces armes soient utilisées pour commettre de graves atteintes aux droits humains. Ces mesures essentielles de sauvegarde des droits humains vont probablement être gravement menacées au cours des négociations, car un petit nombre d'États sceptiques tenteront de les affaiblir voire de les supprimer complètement. Les modalités de ce traité historique sont actuellement discutées au siège des Nations unies à New York. Les négociations ont commencé lundi 2 juillet et doivent durer jusqu'au 27 juillet. Des délégués de tous les États membres de l'ONU participent à ce débat à l'issue duquel ils conviendront d'un traité auquel il veulent que le commerce des armes obéisse. Brian Wood, responsable des questions liées au contrôle des armes et aux droits humains au sein d'Amnesty International, a déclaré : « Le fait que ces artistes talentueux ajoutent leur soutien aux millions de voix à travers le monde qui réclament un traité fort sur le commerce des armes met en lumière ce message clair adressé aux dirigeants des États : saisissez cette occasion historique d'adopter un traité énergique sur le commerce des armes qui permette d'éradiquer les transferts d'armes irresponsables, d'arrêter de détruire les vies de millions de gens et d'aider à protéger les droits humains de toutes les personnes. »