• Nouvelles

Iran : prisonniers politiques et prisonniers d'opinion détenus depuis l'élection de 2009 à cause de leurs opinions dissidentes

De gauche à droite en partant du haut : Majid Tavakkoli, Emadeddin Baghi, Ahmad Zaidabadi et Abolfazl Abedini Nasr.© DRAmnesty International est préoccupée par le maintien en détention en Iran de centaines de prisonniers politiques, parmi lesquels de nombreux prisonniers d'opinion. L'organisation lance une campagne d'un an destinée à attirer l'attention sur leur sort. Les cas exposés ci-dessous illustrent l'intensification de la répression en Iran. Shiva Nazar Ahari, journaliste, blogueuse et membre du Comité des reporters des droits humains (CHRR), a été arrêtée le 20 décembre 2009 avec deux autres membres du CHRR. Elle avait déjà été arrêtée une première fois après les élections. Amnesty International demande sa libération immédiate et sans condition. En savoir plus...Mohammad Amin Valian, un étudiant de l'université de Damghan âgé de 20 ans qui milite au sein de l'Association islamique, a été arrêté après avoir participé à une manifestation anti-gouvernementale de grande ampleur. Cette manifestation avait été organisée pour protester contre le résultat de l'élection controversée du mois de juin et la vague de répression qui a suivi. Il a tout d'abord été condamné à mort, mais ce châtiment a été commué en une peine de trois ans d'emprisonnement. Amnesty International demande que sa condamnation soit réexaminée d'urgence.En savoir plus...Ahmad Zeidabadi, est journaliste pour Roozonline, un site d'information en ligne basé en Belgique, et porte-parole de l'Association des diplômés. Il a été arrêté immédiatement après les élections et purge actuellement une peine de six ans d'emprisonnement à la prison de Rajai Shahr, près de Téhéran. Amnesty International demande sa libération et une enquête approfondie au sujet des informations selon lesquelles il a été torturé et soumis à d'autres formes de mauvais traitements.En savoir plus...Majid Tavakkoli, dirigeant étudiant, a été battu lors de son arrestation qui a eu lieu alors qu'il quittait l'université de technologie Amir Kabir, à Téhéran, le 7 décembre. Il venait de prononcer un discours lors d'une manifestation pacifique organisée à l'occasion de la Journée nationale des étudiants. Ce rassemblement s'inscrivait dans le cadre des manifestations antigouvernementales qui ont suivi l'élection présidentielle controversée de juin 2009. Il a été condamné à une peine de huit ans et demi d'emprisonnement. Amnesty International demande sa libération immédiate et sans condition.En savoir plus...Abolfazl Abedini Nasr, journaliste indépendant et défenseur des droits humains de 28 ans, est un prisonnier d'opinion. Il est détenu dans la prison d'Evin, à Téhéran. Il a été condamné à une peine de 11 ans d'emprisonnement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression et d'association. Il a également à répondre d'autres accusations non précisées.En savoir plus...Hengameh Shahidi, qui est âgée d'environ 35 ans, est journaliste et militante politique. Elle purge actuellement une peine de six ans d'emprisonnement à la prison d'Evin, à Téhéran. Amnesty International demande sa libération et une enquête au sujet de ses déclarations selon lesquelles elle a été torturée durant sa détention.En savoir plus...Sayed Ziaoddin (Zia) Nabavi, 27 ans environ, est membre du Conseil pour la défense du droit à l'éducation. Il a été condamné à une peine de 15 ans d'emprisonnement réduite à 10 ans en appel. Il est apparemment détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression et d'association et parce qu'il a des liens de parenté avec des membres de l'Organisation iranienne des moudjahidin du peuple. Amnesty International demande sa libération immédiate et sans condition.En savoir plus...Emadeddin Baghi, éminent journaliste et défenseur des droits humains iranien, a été arrêté le 28 décembre 2009, le lendemain des manifestations de grande ampleur qui se sont déroulées à Téhéran et dans d'autres villes iraniennes à l'occasion de la fête chiite de l'Achoura. Son arrestation a eu lieu à la suite de la diffusion d'un entretien avec l'ayatollah Montazeri qu'il avait réalisé deux ans auparavant ; cet entretien a été diffusé après la mort du religieux en décembre. Emadeddin Baghi est détenu depuis plusieurs mois, mais à la connaissance d'Amnesty International il n'a été inculpé d'aucune infraction. En savoir plus...