• Nouvelles

Il faut prendre la défense d'un Soudanais disparu aux Émirats arabes unis

La famille d'un homme d'affaires soudanais apparemment détenu par les forces de sécurité aux Émirats arabes unis a fait part à Amnesty International de sa souffrance depuis la disparition forcée de cet homme il y a plus de deux ans. Alsadiq Siddiq Adam Abdullah, résident britannique, est porté disparu depuis le 5 novembre 2007, à la suite de son arrestation à l'aéroport de Doubaï puis de son incarcération à Abou Dhabi. Dans les faits, il a été soumis à une disparition forcée. Amnesty International craint qu'il ne soit détenu par les forces de sécurité des Émirats arabes unis et qu'il ne soit torturé ou connaisse d'autres formes de mauvais traitements.« Personne ne peut imaginer ce que je ressens depuis la disparition d'Alsadiq, je passe mon temps à penser à lui », a confié Malaz Eltayeb Elgalel El Hussan, son épouse, à Amnesty International le 22 avril.« Il a disparu alors que notre fils n'avait que six mois. Maintenant que celui-ci a trois ans, il me pose constamment des questions sur son père ; je ne sais pas quoi lui dire. Je ne fais que pleurer. »Le jeudi 22 avril, Hawa Osman Abdel Ralma, la mère d'Alsadiq Siddiq Adam Abdullah, a adressé aux autorités émiriennes une lettre ouverte dans laquelle elle demande qu'il soit libéré et puisse rentrer chez lui. L'appel lancé par cette famille coïncide avec la venue aux Émirats arabes unis de la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme. La visite de Navi Pillay dans le pays, d'une durée de trois jours, débute vendredi 23 avril. « Depuis qu'il a disparu, notre famille connaît la tragédie, la maladie et les larmes. Je suis très malade : je souffre de diabète, d'hypertension et de problèmes cardiaques. Ma vie n'a plus de sens. Ma santé se dégrade de jour en jour. Je ne veux pas mourir avant d'avoir revu mon fils », a expliqué la mère d'Alsadiq Siddiq Adam Abdullah.Amnesty International demande aux autorités émiriennes d'ouvrir une enquête sur la disparition forcée de cet homme de 29 ans.« Les autorités doivent révéler où se trouve Alsadiq Siddiq Adam Abdullah, qui a disparu alors qu'il se trouvait sous la garde des forces de sécurité émiriennes », a déclaré Hassiba Hadj Sahroui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. « La venue de la haut-commissaire des Nations unies fournit l'occasion aux autorités de dire la vérité sur ce qu'il est advenu d'Alsadiq Siddiq Adam Abdullah. »En septembre 2007, Alsadiq Siddiq Adam Abdullah rentrait à Londres après avoir effectué un voyage d'affaires à Sydney. Il a été arrêté le 23 septembre lors d'une escale à l'aéroport de Doubaï et transféré au siège de la police des Émirats arabes unis à Abou Dhabi. Des responsables émiriens affirment qu'il a été relâché le 25 septembre 2007. Cependant, personne n'a été en mesure de confirmer ce qu'il était advenu de lui.Alsadiq Siddiq Adam Abdullah a parlé plusieurs fois à ses proches par téléphone portable jusqu'au 5 novembre 2007. Au cours de ces appels, il semble qu'il était en présence d'autres personnes et qu'il ne pouvait pas révéler le lieu où il se trouvait. Depuis le 5 novembre 2007, il n'a plus téléphoné à sa famille.« Depuis la disparition de mon frère, ma vie s'est arrêtée. Je pleure en pensant à lui chaque jour et je m'inquiète de la dégradation de la santé de ma mère causée par sa disparition. Il est le seul frère que j'ai et nul ne peut imaginer ce que ma famille et moi traversons tant que nous serons sans nouvelles de lui », a ajouté Azahir Abdalla, la sœur du jeune homme.