• Nouvelles

Israël et le Hamas doivent coopérer avec le Comité des Nations unies au sujet du conflit de Gaza

Vendredi 26 mars 2010, Amnesty International a demandé au gouvernement israélien et au Hamas de coopérer pleinement avec le comité d'experts indépendants mis sur pied par un vote du Conseil des droits de l'homme des Nations unies le 25 mars.La mission de ce comité consistera notamment à superviser les enquêtes israéliennes et palestiniennes sur les crimes de guerre et les graves violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains qui auraient été perpétrés durant le conflit ayant opposé le sud d'Israël à Gaza pendant 22 jours, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009. « L'évaluation par le comité des enquêtes israéliennes et palestiniennes doit être transmise au Conseil des droits de l'homme, à l'Assemblée générale et au Conseil de sécurité dans les mois à venir, a déclaré Philip Luther, directeur de programme adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International. « L'évaluation approfondie de ces enquêtes menées en interne peut constituer une base solide à partir de laquelle pourront être décidées les nouvelles mesures à prendre pour que les deux parties soient tenues de rendre des comptes, notamment la possibilité pour le Conseil de sécurité de porter la situation dans la bande de Gaza devant la Cour pénale internationale. »Dans un rapport publié le 17 mars sur les territoires palestiniens occupés, la haut-commissaire aux droits de l'homme des Nations unies a conclu que l'impunité en matière de violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains demeurait généralisée. D'après ce rapport, les investigations initiées par le gouvernement israélien sur les violations présumées liées aux opérations militaires menées à Gaza en décembre 2008 et janvier 2009 demeurent « insuffisantes », tandis que « rien n'indique que des enquêtes crédibles n'aient été diligentées concernant les allégations d'exactions commises par les groupes armés palestiniens ».Par ailleurs, le Conseil des droits de l'homme a demandé à la haut-commissaire le 25 mars d'envisager la création d'un fonds destiné à accorder des réparations aux Palestiniens qui ont subi des préjudices et des dégradations résultant de violations des droits humains perpétrées par Israël durant le conflit.« Le gouvernement israélien a l'obligation de garantir sans délai aux victimes palestiniennes un recours utile pour les violations imputables aux forces israéliennes, notamment des réparations complètes et effectives, a indiqué Philip Luther. De même, le Hamas doit octroyer des réparations aux victimes d'atteintes aux droits humains commises par ses forces ou d'autres groupes armés palestiniens durant le conflit. »