• Nouvelles

L'attaque dont a fait l'objet une organisation humanitaire constitue un «revers majeur» pour les droits humains

Les groupes insurgés du Pakistan doivent cesser de prendre pour cibles les organisations humanitaires qui tentent de porter assistance aux populations pauvres du pays, a déclaré Amnesty International après que six membres d'une ONG eurent été tués dans le nord-ouest du pays. L'attaque menée contre le bureau de l'organisation chrétienne World Vision a tué six membres de son personnel pakistanais dans le district de Manshera, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest, mercredi 10 mars. Selon World Vision, quatre hommes et deux femmes ont été tués. Sept autres employés ont été blessés lors de l'attaque et hospitalisés. L'organisation a suspendu toutes ses opérations dans le pays. World Vision a indiqué dans une déclaration n'avoir reçu aucune lettre de menace avant l'attaque. Selon la presse, une dizaine d'hommes armés ont fait irruption dans les locaux de World Vision mercredi matin ; ils ont rassemblé le personnel dans une pièce et ont ouvert le feu. En partant, les assaillants ont jeté des explosifs. Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attentat mais les autorités soupçonnent les talibans ou des groupes insurgés en lien avec eux d'être derrière cette attaque. Amnesty International condamne toutes les attaques prenant pour cible ou visant de façon aveugle des civils. « Cet attentat est un revers majeur pour les droits humains et les efforts humanitaires en cours au Pakistan, a déclaré Sam Zarifi, directeur d'Amnesty International pour la région Asie-Pacifique. Tous les groupes armés doivent mettre immédiatement fin à de telles attaques. » « Les personnes soupçonnées d'être les auteurs ou les commanditaires de ces attaques doivent être déférées à la justice et jugées dans le respect des normes internationales relatives aux droits humains. » Des millions de Pakistanais dépendent de l'aide internationale pour la nourriture, l'eau, la santé et l'éducation. L'attaque menée contre des membres du personnel de World Vision met en péril la capacité déjà limitée des travailleurs humanitaires à venir en aide aux Pakistanais, particulièrement à ceux qui vivent dans les zones affectées par le conflit dans la région nord-ouest du pays. « Il est impératif non seulement que le gouvernement pakistanais et la communauté internationale condamnent de telles attaques mais également que des mesures soient prises pour rétablir la stabilité et la sécurité pour tous dans le pays. » Des attaques contre des travailleurs humanitaires et des organisations non gouvernementales (ONG) se produisent fréquemment au Pakistan et ont coûté la vie à de très nombreux innocents. Les insurgés prennent fréquemment pour cible des travailleurs humanitaires, les accusant d' « espionnage » ou de « collaboration » avec les autorités pakistanaises. En avril 2009, trois employées et un chauffeur de l'ONG Rise International qui travaille dans le domaine de l'éducation et est financée par USAID, ont été abattus à Manshera. Selon des habitants, l'attaque aurait été perpétrée par des extrémistes. En février 2008, quatre membres pakistanais de l'agence d'aide britannique Plan International ont été tués et une dizaine d'autres blessés dans l'attaque de leurs bureaux à Manshera. L'organisation, qui était présente depuis 12 ans dans la région, a suspendu ses opérations dans le pays.