• Nouvelles

Le Sri Lanka doit enquêter sur les menaces de mort visant deux nouvelles journalistes

Les autorités sri-lankaises doivent prendre des mesures pour assurer la sécurité de deux rédactrices d'un hebdomadaire national qui ont été menacées de mort la semaine dernière, a déclaré Amnesty International. L'organisation a également demandé qu'une enquête soit ouverte sans délai sur les menaces reçues par Frederica Jansz, rédactrice en chef du Sunday Leader, et Munza Mushataq, directrice de l'information de ce journal. Les deux messages de menaces, qui ont été rédigés à l'encre rouge, sont arrivés par courrier dans les locaux du Sunday Leader le 22 octobre. Le fondateur et ancien rédacteur en chef de ce journal, Lasantha Wickrematunge, a été tué en janvier, trois semaines après avoir reçu des menaces similaires, également rédigées à l'encre rouge. Personne n'a encore fait l'objet de poursuites pour son meurtre. Les menaces reçues par Frederica Jansz et Munza Mushataq font référence à des informations publiées par le Sunday Leader au sujet d'une vidéo, diffusée sur la chaîne de télévision britannique Channel Four en août, qui montrerait des soldats sri-lankais exécutant des prisonniers tamouls. Le gouvernement sri-lankais a affirmé que cette vidéo était truquée, mais le 18 octobre, le Sunday Leader a publié en première page un article soulignant que des sources indiquaient qu'une analyse avait permis de conclure qu'elle n'avait fait l'objet d'aucune modification ni montage.   Les lettres de menaces ont été oblitérées le 21 octobre, soit trois jours après que le journal a diffusé ces informations controversées. Dans ces deux courriers figure la phrase suivante : « Si vous écrivez encore, nous vous tuerons [et] vous découperons en morceaux. » Les deux journalistes ont signalé ces menaces à l'inspecteur général de la police du Sri Lanka, ainsi qu'à la police locale dans la capitale, Colombo. Cependant, aucune mesure n'a encore été prise par les autorités. En septembre, Dileesha Abeysundera, qui travaille pour l'édition en cingalais du Sunday Leader et milite en faveur d'une plus grande liberté de la presse au Sri Lanka, a également été menacée. Les membres du personnel du Sunday Leader et les responsables de la publication de ce journal ont déjà fait maintes fois l'objet de graves attaques. À plusieurs reprises, ses locaux ont été incendiés, attaqués à l'explosif et condamnés. Ces trois dernières années, de nombreux journalistes ont été arrêtés au Sri Lanka, tandis que d'autres ont fui le pays. Au moins 14 professionnels des médias ont été tués au cours de cette période. Les enquêtes menées à la suite de ces homicides n'ont donné lieu à aucune poursuite.