• Nouvelles

Zimbabwe : des dirigeants étudiants libérés sous caution

Quatre dirigeants étudiants arrêtés la semaine dernière alors qu'ils prenaient la parole devant d'autres étudiants à l'université du Zimbabwe, à Harare, ont été remis en liberté. Le président du Syndicat national des étudiants du Zimbabwe (ZINASU), Clever Bere, et trois autres représentants de cette organisation ont été libérés vendredi. Clever Bere, Kudakwashe Chakabva de l'école polytechnique d'Harare, Archieford Mudzengi de l'école des mines du Zimbabwe et Brian Rugondo de l'université du Zimbabwe ont été arrêtés le 5 août pour avoir, selon les accusations portées contre eux, participé à un rassemblement avec l'intention d'encourager la violence publique, les atteintes à l'ordre public ou le sectarisme. Dix autres étudiants arrêtés en même temps qu'eux ont été relâchés le jour même. Amnesty International a salué ces libérations, tout en demandant une nouvelle fois l'abandon des poursuites engagées contre ces dirigeants étudiants. « Nous sommes consternés par les mesures de harcèlement et d'intimidation qu'infligent régulièrement les policiers aux militants et défenseurs des droits humains, malgré l'entrée en fonction d'un gouvernement d'union en février 2009, a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International. Ces étudiants ont été arrêtés et placés en détention simplement parce qu'ils tentaient d'exercer leur droit à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique ». « Leur interpellation illégale démontre une nouvelle fois qu'il est urgent de réformer le secteur de la sécurité au Zimbabwe, à la lumière des nombreuses atteintes aux droits humains qui ne cessent d'être commises. »