• Nouvelles

Week-end mitigé pour les Marches LGBT

La première Baltic Pride (Marche des fiertés des pays baltes), organisée à Riga, en Lettonie, a été un succès et s'est déroulée dans le calme samedi 16 mai. Toutefois, des violences ont émaillé des manifestations similaires en Russie et en Pologne. Vêtus de couleurs vives, des défenseurs des droits des lesbiennes, gays, personnes bisexuelles et transgenres (LGBT), accompagnés par des membres d'Amnesty International venus de toute l'Europe, ont brandi des drapeaux et des banderoles arc-en-ciel lors de la manifestation inaugurale de la Baltic Pride à Riga. La Marche avait initialement été interdite à la suite de l'intervention de conseillers municipaux hostiles à l'événement, mais le tribunal municipal de Riga a annulé l'interdiction la veille de la manifestation. Bien que des contre-manifestants aient bruyamment exprimé leur opposition à la Marche, l'événement s'est déroulé sans violence. « Nous sommes fiers de défiler avec vous aujourd'hui. C'est à la fois une marche et une fête », a déclaré John Dalhuisen, s'adressant à la foule au nom d'Amnesty International. « Cette marche doit aller au-delà de cette seule journée. Amnesty International marchera avec vous sur le chemin de la pleine jouissance de vos droits. Pour l'heure, place à la fête ! » L'ambiance était tout autre à Moscou, où la police a violemment dispersé des manifestants lors de la Gay Pride locale, la Slavic Pride, qui avait été interdite par les autorités. Selon des informations relayées par les médias, entre 25 et 80 militants ont été arrêtés alors qu'ils manifestaient contre les discriminations à l'égard des LGBT. La police antiémeutes a chargé et plusieurs personnes ont été appréhendées. « Les brutalités policières auxquelles nous avons assisté sont révoltantes, a déclaré Nikolaï Alexeïev, organisateur de la manifestation. « Nous avions prévu de défiler dans le calme pour dénoncer la situation catastrophique des droits des LGBT dans la Russie d'aujourd'hui. Les policiers, sachant que le recours à la violence avait l'aval du maire de Moscou, Youri Loujkov, ouvertement homophobe, n'ont pas hésité à utiliser leurs armes, malgré la présence de médias du monde entier. » Des scènes de violence ont également eu lieu à Cracovie, en Pologne, où des heurts ont opposé la police à des contre-manifestants qui protestaient contre une Marche LGBT organisée dans la ville. Une personne aurait été blessée et 20 autres arrêtées pendant ces affrontements, qui n'ont pas entravé le déroulement d'un défilé LGBT pacifique dans le centre ville. Les autorités municipales de la ville de Mykolaïv, en Ukraine, ont interdit pour la deuxième année consécutive aux groupes LGBT d'organiser des manifestations dans le cadre d'un festival intitulé « Printemps Arc-en-ciel ». Les organisateurs prévoyaient de participer à la Journée internationale contre l'homophobie le dimanche 17 mai.