• Éducation

Dans la lutte contre la torture, il n’y a pas de solution unique

Nepal,

A l’occasion de la Journée Internationale de la Jeunesse, Swechhya Sangroula nous fait part de ce qui l’a motivée à se joindre au groupe international de jeunes cherchant à mobiliser d’autres jeunes à travers le monde pour comprendre et participer à la campagne Stop Torture.

Swechhya Sangroula, originaire du Népal, membre de l’équipe de jeunes multiplicateurs travaillant pour la campagne Stop Torture d’Amnesty © Swechhya Sangroula

Namaste! Mon nom est Swechhya, je viens du Népal – la terre de la diversité – et je crois fermement au concept de coexistence pacifique. J’ai vécu pratiquement toute ma vie à Katmandou et ai eu suffisamment de chance pour ne pas être directement touchée par les atrocités qui ont eu lieu lors du conflit armé de 10 ans qui s’est terminé avec la signature de l’Accord de Paix Global en 2006. Ce n’est qu’après que le conflit se soit ‘officiellement’ terminé que les abus des droits humains qui avaient été étouffés ont fait surface.

En tant qu’étudiante en droit, particulièrement les droits humains, j’ai réalisé que je ne pouvais pas demeurer apathique. J’ai compris que ma formation juridique ne servirait à rien si je ne faisais pas ma part pour rendre la communauté meilleure – si je ne faisais pas de la lutte contre l’impunité et les abus des droits humains un principe éthique dans ma vie. C’est à ce moment-là de ma vie en 2011 que j’ai commencé à m’impliquer dans le travail d’Amnesty International Népal.

La passion que je mets dans le travail contre la torture en tant que violation inexcusable des droits humains vient d’un incident particulier au cours duquel j’ai rencontré la mère d’une jeune fille qui avait été torturée et tuée en détention lors du conflit armé. J’ai dû me résoudre à la triste réalité que lutter contre la torture s’apparente souvent à nager à contre-courant, puisque la plupart du temps, c’est l’état ou les groupes armés qui la perpétuent. Amnesty International Népal m’a alors parlé de l’opportunité de créer un moyen pour que les jeunes militants puissent en apprendre davantage sur les questions de violations de droits humains, ce qui s’est avéré être uneplateforme formidable pour canaliser ma colère et ma frustration de manière constructive.

Nous sommes tous d’accord sur le fait que la torture déshumanise et que celle-ci ne peut être combattue qu’à travers un changement de mentalité.
Swechhya

En mai, j’ai eu la chance de voyager à Oslo avec un groupe international de jeunes gens motivés pour travailler sur le développement d’un guide en ligne s’adressant aux jeunes militants voulant s’impliquer dans la campagne Stop Torture d’Amnesty. Le plus intéressant de cette expérience de groupe a été de comprendre que bien que notre lutte contre la torture soit universelle et que la protection contre la torture existe en tant que droit humain universel, les méthodes utilisées doivent être adaptées à nos propres contextes socioéconomiques et politiques. J’ai appris que dans la lutte contre la torture, il n’y a pas de solution unique. Avec ça en tête, nous avons pu travailler en groupe en acceptant nos différences et s’informant mutuellement des bonnes pratiques pour s’adresser aux autres jeunes sur le thème des droits humains.

Ce ‘processus de multiplication’ de l’éducation aux droits humains est nouveau pour moi puisque mon expérience passée a surtout consisté à faire campagne en faveur des droits humains et passer plus de temps à écouter les autres en parler. Le plus grand intérêt du processus de multiplication est de désapprendre, réapprendre et nous éduquer nous-mêmes.

Des membres de l’équipe de jeunes multiplicateurs jouant un jeu de rôle dans le but de mieux comprendre comment le public peut réagir à la campagne contre la torture, lors de l’atelier de développement qui s’est tenu à Oslo, en Norvège, en mai 2014 © Amnesty International

Nous sommes convaincus qu’unir des millions de voix de jeunes gens motivés, à travers une approche éducative axée sur les droits humains, nous permettra de voir un changement durable et de créer un impact significatif. Nous sommes tous d’accord sur le fait que la torture déshumanise et que celle-ci ne peut être combattue qu’à travers un changement de mentalité.

Le processus de formation de groupe et d’utilisation de jeux de rôle nous a permis de réfléchir aux possibles réactions que nous pourrions rencontrer de la part de gens différents, allant du public chaleureux au public hostile. Il est très important de comprendre que le travail des jeunes dans le cadre de la campagne Stop Torture se fait dans des réalités complètement différentes et parfois inimaginables. Ces exercices, sous la direction de nos mentors, nous ont donné les compétences nécessaires pour faire face à des défis multidimensionnels. J’ai maintenant intégré ces exercices dans mon éthique de travail, tout en continuant de partager avec mes collègues bénévoles et  d’apprendre d’eux. La résolution de problèmes a été une des plus grandes leçons que j’ai retiré de cet atelier d’Oslo, au cours duquel nous avons commencé à élaborer le guide ‘Habiliter contre la torture’ afin de développer les attitudes, compétences et connaissances des militants pour que ceux-ci puissent motiver les autres à mettre fin à la torture.

L’équipe internationale de jeunes militants lors de l’atelier d’Oslo, en Norvège, en mai 2014, dont l’objectif était de développer le guide de pair à pair pour aider les jeunes à en mobiliser d’autres dans le cadre de la campagne Stop Torture © Amnesty International

En association avec d’autres jeunes ‘multiplicateurs’, je teste à présent ce guide dans différentes communautés et cherche à obtenir leurs réactions pour que nous puissions constamment perfectionner notre approche de lutte contre la torture et nous faire entendre et respecter des parties prenantes impliquées. C’est ce principe d’expérimentation continue et cette volonté d’apprendre qui continueront de me guider dans mes plans futurs.

Swechhya Sangroula, Népal.

 

Faites le quiz: Etes-vous un multiplicateur?

Apprenez-en plus sur la façon dont l’équipe internationale de jeunes ‘multiplicateurs’ est en train de créer une communauté mondiale de gens qui sont prêts à s’investir et à agir pour que tous les gouvernements mettent fin à la torture sur leur blog.

Apprenez-en plus sur la campagne d’Amnesty International Stop Torture ici. 

Abonnez-vous aux articles de blog d'Education aux Droits Humains