Les jeunes ouvrent la voie pour la Campagne Mon Corps Mes Droits

Switzerland,

Les groupes de jeunes d’Amnesty Suisse usent de leur créativité en se mettant en scène dans les rues de Neuchâtel pour interpeller le public sur le sujet des droits sexuels et reproductifs et lancer la campagne Mon Corps Mes Droits de manière très théâtrale. Même le mauvais temps n’a pas pu arrêter ces militants déterminés ! 

Jeu de rôle par les membres de groupes de jeunes d’Amnesty en Suisse sur le droit à la santé sexuelle au cours de la Journée d’Action des Jeunes à Neuchâtel, Suisse, en 2014. ©Amnesty International

Les jeunes ouvrent la voie

Déterminés à marquer le lancement de la campagne Mon Corps Mes Droits de façon originale, les jeunes d’Amnesty Suisse ont décidé de porter le message dans les rues en jouant des scènes sur l’importance des droits sexuels et reproductifs. Trente et une jeunes, femmes et hommes venus de divers clubs d’Amnesty ont participé à la Journée d’Action des jeunes, profitant de l’occasion pour montrer leurs talents d’acteurs.

L’idée prit naissance au cours d’un atelier ‘Exprimez-vous ’donné par Amnesty International Suisse le 21 Mars, 2014. L’activité d’éducation aux droits humains fut conçue pour permettre à des jeunes de discuter ouvertement des droits sexuels et reproductifs, et elle fut lancée avec la campagne Mon Corps Mes Droits.

En organisant une activité à partir de rien, les jeunes furent enhardis à partager leurs connaissances de façon créative. Ils furent tout excités de voir la réaction qu’ils pouvaient susciter de première main de la part du grand public.

La compassion n’a pas de frontières

Les organisateurs ont remarqué que les participants avaient pu très vite s’identifier à ceux qui avaient subi des violations des droits à travers le monde. Se plaçant eux-mêmes dans la peau d’une adolescente Marocaine Amina Filali (qui s’est suicidée en 2012 après avoir été forcée d’épouser celui qui l’avait violée), une participante a reconnu qu’elle sentait qu’elle aurait fait la même chose. Qui plus est, un homme qui s’est identifié comme homosexuel, a dit qu’il éprouvait de la compassion pour les personnes victimes de discrimination à cause de leur sexualité, alors qu’il avait été témoin de situations semblables en Suisse.

4 Actions importantes

Jeu de rôle par les membres de groupes de jeunes d’Amnesty en Suisse sur le mariage forcé lors de la Journée d’Action des Jeunes en 2014. ©Amnesty International

Malgré le mauvais temps, les jeunes ont fait choc dans les rues de Neufchâtel avec leur scènes de théâtre de rue sur les quatre problèmes clés – le mariage forcé, les droits au mariage gay, à l’éducation sexuelle et à l’avortement, et ils furent capables de camper des scenarios saisissants en exploitant en direct  leurs talents d’acteurs pleins de vie. Par exemple, une des participantes était accroupie dans une cage verrouillée avec comme explication du symbole’ je n’ai pas choisi mon mari’. Leur but fut d’attirer l’attention sur les violations des droits à l’échelle mondiale et de lancer un appel au grand public pour qu’il s’engage.

Jeu de rôle par les membres des groupes de jeunes d’Amnesty en Suisse, sur le droit au mariage pendant La Journée d’Action des Jeunes à Neufchâtel, Suisse, en 2014. ©Amnesty International

Un autre scenario se déroulait au milieu d’une classe où un jeune professeur d’éducation sexuelle était attaché à un tableau noir, pendant que ses élèves avaient les yeux bandés. Cet évènement a attiré l’attention des passants bien qu’il n’ait pas pu être représenté pendant plus d’une heure et demie en raison du temps pluvieux et froid.

Jeu de rôle par les membres de groupes de jeunes d’Amnesty en Suisse sur l’importance de l’éducation sexuelle au cours de la Journée d’Action des Jeunes à Neuchâtel, Suisse, en 2014. ©Amnesty International

Ce n’est que le début

D’autres ateliers vont se tenir au cours des deux années de la campagne, conformément au but primordial qui est de préparer des jeunes, hommes et femmes, à devenir éducateurs de leurs égaux sur les droits sexuels et reproductifs.

Utiliser les méthodes de l’éducation aux droits humains rend les participants capables de s’engager, d’être créatifs, et en même temps de s’amuser. Les clubs des jeunes d’Amnesty partagent effectivement leur message, en prenant l’initiative d’engager leurs propres réseaux et le public dans la campagne Mon Corps Mes Droits.

Les membres de groupes de jeunes d’Amnesty en Suisse ont bravé les intempéries pour jouer dans le Théâtre de Rue lors de la Journée d’Action des Jeunes à Neuchâtel, Suisse en 2014. ©Amnesty International

Amnesty International a lancé la campagne Mon Corps mes Droits en Mars 2014, avec l’objectif de rendre les personnes capables de faire des choix en connaissance de cause pour leur sexualité et leur reproduction et d’exercer librement leurs droits sexuels et reproductifs.

‘Exprimez-vous ‘est une activité d’éducation aux droits humains pour engager les jeunes avec comme objectif d’entamer le dialogue et rendre les jeunes capables d’agir de façon significative dans la campagne Mon Corps Mes Droits et devenir supporters de la campagne.

Les activités d’éducation aux droits humains pour Mon Corps Mes Droits a comme objectif d’engager les jeunes à:

Développer leur compréhension des droits sexuels et reproductifs, de la façon dont ils affectent leurs vies et pourquoi ils sont importants,

Avoir leurs voix et leurs opinions mises en valeur dans le lancement de la campagne mondiale,

Commencer ou poursuivre leur engagement dans la campagne Mon Corps Mes Droits et dans le travail sur les droits sexuels et reproductifs avec Amnesty International,

Développer des compétences en étant animateurs de l’éducation aux droits humains et de l’activisme avec d’autres jeunes.

Abonnez-vous aux articles de blog d'Education aux Droits Humains.