3 714 141 MERCIS

Par May Carolan London,

Les sympathisants d'Amnesty International de par le monde ont envoyé un nombre impressionnant – 3,7 millions – de lettres, messages, courriels, tweets, etc. dans le cadre de la campagne Écrire pour les droits 2015.

De l'Afghanistan à la Zambie, des militants déterminés, des étudiants, des écoliers et bien d'autres encore ont exigé le changement au nom de personnes et de communautés victimes de terribles atteintes à leurs droits.

Enfin libre

Et cela a porté ses fruits, de manière spectaculaire. En février 2016, Albert Woodfox a enfin retrouvé sa liberté – après 44 années passées à l'isolement aux États-Unis. Plus de 240 000 d'entre vous ont réclamé sa libération et lui ont adressé des messages de soutien dans le cadre de la campagne Écrire pour les droits 2015.

Albert Woodfox. © AI USA/Jasmine Heiss

Il a déclaré : « Vos messages, qui ont franchi les murs de la prison, m'ont apporté énormément de force. J'aimerais remercier tous les membres d'Amnesty International et ses sympathisants pour tout le travail magnifique accompli en notre nom. »

Cela ne s’arrête pas là. Plus de 500 000 d'entre vous sont également passés à l'action pour protéger les jeunes femmes et les fillettes au Burkina Faso – et cela a fonctionné ! Le ministère de la Justice au Burkina Faso a confirmé l'engagement du gouvernement à éradiquer le mariage précoce et forcé, et a déclaré qu'il s'était senti contraint de le faire après avoir « reçu des lettres, courriels et courriers du monde entier ».

Soutien et solidarité

Nous savons que vos cartes postales, lettres et messages de soutien et de solidarité sont également d'un grand réconfort pour les personnes qui traversent des situations extrêmement dures.

Nous avons rendu visite à Yecenia Armenta, incarcérée au Mexique après avoir été frappée et violée pour lui faire « avouer » le meurtre de son époux. Nous lui avons transmis plus de 8 000 de vos lettres et messages : « Lorsque je reçois toutes ces lettres qui m’assurent que je ne suis pas seule, cela m’aide à me sentir bien. Et je pense : " Oui, c’est vrai, je ne suis pas seule. Ils me soutiennent vraiment. " C’est galvanisant de savoir qu’il existe encore des gens qui se sentent concernés par les droits des autres ! Ils ne me connaissent même pas. »

Phyoe Phyoe Aung. © Mizzima News

Nous nous sommes également entretenus avec Phyoe Phyoe Aung, leader étudiante actuellement incarcérée au Myanmar pour son rôle dans des manifestations largement pacifiques : « Recevoir des lettres est une réelle source d'inspiration pour notre action. J’ai commencé à comprendre que le monde nous regardait et nous encourageait, que nous n’étions pas seuls. Je vous remercie tous vivement pour votre soutien. Nous n’en voyons pas encore les effets sur le gouvernement, mais cela peut influencer leur état d'esprit. »

Nous laisserons le dernier mot à Costas, roué de coups lors d'une agression raciste et homophobe en Grèce en 2014 :

« Écrire pour les droits est l'une des plus grandes campagnes dans le monde, et parce que nous ne vivons pas dans un monde parfait, elle devrait et doit se poursuivre. C'est génial ! Je suis si ému et je vous remercie du fond du cœur – chaque homme, chaque femme, chaque personne qui a écrit ne serait-ce qu'une demi-ligne et a contribué à cette campagne. Merci, Amnesty, pour avoir apporté un peu de lumière dans les ténèbres. »

Je suis si ému et je vous remercie du fond du cœur – chaque homme, chaque femme, chaque personne qui a écrit ne serait-ce qu'une demi-ligne et a contribué à cette campagne. Merci, Amnesty, pour avoir apporté un peu de lumière dans les ténèbres.
Costas

 

Pour en savoir plus