Comment accueillir les réfugiés

  • Histoire

De nombreuses possibilités s’offrent aux chefs d’État pour faire face à la crise mondiale des réfugiés. En voici quelques-unes. Mais alors que la plupart des gouvernements tournent le dos aux réfugiés, des personnes du monde entier trouvent des solutions brillantes et créatives pour accueillir les réfugiés, en utilisant leurs réseaux locaux, leurs compétences et leur générosité.

1. Permettre un accès aux procédures d’asile

Tout le monde devrait être autorisé à entrer dans un autre pays pour y demander l’asile. Il s’agit d’un droit humain. La procédure devrait être équitable et efficace, pourtant, dans les faits, de nombreux gouvernements laissent les demandeurs d’asile sans réponse pendant des années. D’autres demandeurs d’asile sont renvoyés dans leur pays d’origine où leur vie pourrait être menacée.

2. Parrainer des réfugiés

Certains pays permettent à des groupes de personnes de s’organiser pour collecter des fonds afin de faire venir des réfugiés dans leur pays et les aider à s’installer. Près de 300 000 personnes ont pu venir au Canada grâce à ce type de parrainage depuis les années 1970, et d’autres pays comme le Royaume-Uni, l’Australie et l’Irlande se préparent à rendre ce parrainage possible.

3. Réunir les familles

Avoir de la famille proche peut faire toute la différence pour les personnes qui s’adaptent à une nouvelle vie et une nouvelle culture et qui, souvent, se remettent d’un violent traumatisme. Les gouvernements ont l’obligation de permettre aux réfugiés de rejoindre les membres de leur famille qui sont déjà installés à l’étranger, grâce au regroupement familial.

4. Accorder des visas médicaux

Les réfugiés qui ont de graves problèmes de santé peuvent recevoir des traitements médicaux vitaux si les gouvernements leur accordent un visa pour un pays dans lequel ce traitement est accessible. Environ 200 réfugiés ayant des problèmes de santé qui mettent leur vie en danger étaient réinstallés tous les mois aux États-Unis, jusqu’à ce que le président Donald Trump annonce une interdiction de quatre mois frappant les réfugiés au début de l’année 2017, anéantissant ainsi l’espoir de nombreuses personnes d’être soignées.

5. Permettre aux personnes d’étudier

Les universités et les écoles peuvent proposer des visas aux réfugiés afin qu’ils puissent commencer ou continuer leurs études dans un autre pays. Cela peut changer la vie de certaines personnes en leur permettant de terminer leurs études, de s’intégrer, de gagner leur vie et d’apporter leur contribution à la société. D’après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), seulement un pour cent des réfugiés vont actuellement à l’université. 3,7 millions d’enfants et d’adolescents réfugiés ne sont pas scolarisés actuellement, soit cinq fois plus que la moyenne mondiale.

6. S’adapter à la technologie

Un smartphone peut être une bouée de sauvetage lorsque l’on a été forcé à quitter tout le reste, que l’on a perdu contact avec ses amis et ses proches ou lorsque l’on essaie de s’adapter à un nouveau pays. Amnesty a récemment constaté que l’une des principales recherches en ligne que font les réfugiés concerne leur propre situation et les solutions qui s’offrent à eux. De nombreux groupes férus de technologie répondent à ce besoin grâce à des projets innovants allant de guides de conversation en ligne au recyclage de smartphones, ou au lancement de start-ups pour les réfugiés.

7. Aider les nouveaux arrivants à s’installer

Quiconque a vécu à l’étranger sait combien il peut être difficile d’apprendre une nouvelle langue, de se faire des amis, de comprendre la culture, de trouver un logement et un emploi. C’est pourquoi l’intégration est essentielle pour les réfugiés. Dans de nombreuses régions du monde, différents projets ont été mis en place par des groupes locaux pour accueillir les nouveaux arrivants, notamment en leur proposant des conseils sur l’asile, des cours de langue, des programmes de remise en état de vélos et une aide pour les femmes seules.

8. Proposer des visas de travail ou des emplois

Pour de nombreux réfugiés, trouver un emploi est essentiel pour surmonter leurs problèmes. En plus de leur permettre de survivre et de subvenir aux besoins de leur famille, cela leur permet de préserver leur dignité et de s’intégrer dans leur nouvel environnement. De nombreux pays proposent des permis de travail aux réfugiés. Les entreprises peuvent proposer des visas de travail aux réfugiés ayant des compétences, une formation ou une expérience professionnelle particulières.

9. Renforcer la réinstallation

C’est une manière essentielle pour les gouvernements de protéger les réfugiés qui en ont le plus besoin, par exemple les personnes qui ont été torturées ou les femmes qui risquent d’être victimes de violences. Cette solution n’est cependant pas suffisamment utilisée. Actuellement, environ 1,2 million de personnes ont besoin d’être réinstallées de toute urgence, mais seuls 189 300 réfugiés l’ont été en 2016. Et seulement 30 pays proposent cette possibilité.

22,3 millions de personnes ont été forcées de fuir à l’étranger car elles courraient de graves risques dans leur pays. La plupart d’entre elles sont coincées dans des pays moins riches qui leur offrent peu de solutions, et elles luttent donc pour survivre. C’est pourquoi Amnesty encourage tous les pays, et en particulier les plus riches, à assumer leur part de responsabilité en accueillant les réfugiés de quelque manière possible.

Pendant que des gouvernements font la sourde oreille, de nombreuses personnes s’attellent à accueillir les réfugiés. Rejoignez-nous !

Rejoignez celles et ceux qui s’unissent pour accueillir les réfugiés dignement.

De belles choses se produisent lorsque des personnes s’unissent

REJOINDRE