Soutenez l’appel de Marinel Ubaldo en faveur de la justice climatique

La vie de Marinel Ubaldo a basculé lorsqu’un supertyphon a ravagé son village aux Philippines. Elle fait maintenant campagne en faveur de la réinstallation des habitant·e·s de son village et demande à son gouvernement, et aux gouvernements du monde, de commencer à prendre des mesures face aux réelles conséquences du changement climatique.

En 2013, le typhon Haiyan a frappé les Philippines, tuant plus de 6 000 personnes. Marinel, qui avait alors 16 ans, a survécu. Elle a maintenant 22 ans et est une militante de renom. Marinel fait depuis des années campagne sans relâche en faveur des droits environnementaux et exige la justice pour les habitant·e·s de son village.

Six ans après le passage du typhon, Marinel et des milliers d’autres personnes n’ont toujours pas été réinstallées dans une zone habitable sûre avec un véritable accès à la nourriture, à l’eau, à l’électricité, aux installations sanitaires ou à des moyens de subsistance. Certain·e·s habitant·e·s ont été réinstallé·e·s près d’une décharge toxique et 11 personnes sont mortes des suites de fièvre et de maladies.

Des millions de personnes souffrent des conséquences catastrophiques du changement climatique et les personnes qui y contribuent le moins sont celles qui en paient le prix le plus fort. Comme dit Marinel :

« Certains pays qui ont historiquement contribué au changement climatique ne ressentent toujours pas pleinement ses effets. C’est pourquoi il est si important qu’ils entendent notre histoire, afin qu’ils réalisent que le changement climatique a des conséquences pour des populations aujourd’hui. »

Soutenez Marinel et demandez :                  

  • au gouvernement des Philippines de fournir un accès à l’eau, à l’électricité, à un logement sûr et convenable et à des moyens de subsistance aux personnes souffrant des conséquences du typhon Haiyan de 2013 ;
  • aux autres gouvernements, particulièrement ceux des pays les plus riches qui ont le plus contribué au changement climatique, de soutenir les pays qui souffrent, et souffriront, le plus des conséquences dévastatrices du changement climatique.