Aidez-nous à retrouver Yiliyasijiang Reheman

En Chine, des Ouïghour·e·s sont arrêté·e·s et conduit·e·s de force dans des camps d’internement. Il y a plus de deux ans, Yiliyasijiang Reheman a disparu alors qu’il étudiait en Égypte. Sa famille pense qu’il a été enlevé. Aidez-nous à demander sa libération.

Yiliyasijiang Reheman et sa femme Mairinisha Abuduaini attendaient leur second enfant lorsque Yiliyasijiang a disparu. C’était il y a deux ans. Ils étudiaient en Égypte, loin de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine, d’où ils sont originaires et où les Ouïghour·e·s et d’autres personnes musulmanes sont victimes d’une discrimination quotidienne.

Mais leur vie a volé en éclats en juillet 2017, lorsque la police égyptienne a commencé à arrêter des centaines de Ouïghour·e·s dans le pays pour les remettre au gouvernement chinois. La famille a essayé de fuir l’Égypte, mais Yiliyasijiang n’a pas pu embarquer dans l’avion. On ne l’a pas revu depuis.

Environ 200 étudiant·e·s ont été arrêté·e·s ce jour-là et 16 ont été renvoyé·e·s en Chine. Depuis 2017, environ un million de personnes, principalement des musulmans, ont été arrachées à leur famille et enfermées dans ces camps en Chine.

La fille de Yiliyasijiang est née juste après l’enlèvement de son père. Mairinisha cherche son mari sans jamais perdre espoir de voir sa famille à nouveau réunie un jour.

« Nos enfants ont besoin de leur père. Je n’abandonnerai pas tant que nous ne serons pas tous réunis. » - Mairinisha 

Demandez aux autorités chinoises de :

  • libérer Yiliyasijiang Reheman ;
  • fermer les « camps de rééducation politique », révéler où se trouvent les personnes détenues dans ces camps et veiller à ce qu’elles puissent voir leurs proches et un avocat de leur choix pendant leur détention.