Dites à Google d’abandonner Dragonfly

Si Google a mis entre parenthèses son projet qui soutenait la censure en Chine, il est temps que l’entreprise s’engage à l’abandonner pour de bon.

En août 2018, il a été révélé que, bien qu’ayant promis de ne pas soutenir la censure en Chine, Google s’apprêtait à lancer un moteur de recherche se pliant aux règles répressives que le gouvernement chinois impose sur internet.

Ce projet a été baptisé « Dragonfly », et des gens du monde entier, notamment des journalistes, des organisations de défense des droits humains et même des employé·e·s de Google, ont dénoncé la décision de l’entreprise. En décembre 2018, nous avons appris que Google allait mettre ce projet en pause.

Néanmoins, le géant du numérique n’a toujours pas déclaré publiquement qu’il renonçait définitivement à son projet secret « Dragonfly », ce qui veut dire que le projet peut reprendre à tout moment, et nous pourrions très bien l’ignorer jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Si ce moteur de recherche voit le jour, les personnes utilisant Google en Chine n’auront pas accès à certains sites interdits comme Wikipedia et Facebook. De même, les contenus liés aux mots-clés tels que « droits humains » seront censurés.

L’État chinois, dont le gouvernement envoie régulièrement des personnes en prison parce qu’elles ont partagé leurs opinions politiques en ligne, pourrait même espionner les utilisateurs et utilisatrices de Google.

Signez notre pétition pour empêcher Google de lancer un moteur de recherche censuré. Nous demandons au PDG de Google Sundar Pichai :

  • de s’engager publiquement à abandonner le programme Dragonfly et de renoncer à lancer un moteur de recherche en Chine, ou dans d’autres pays, aux dépens des droits humains ;
  • de garantir des protections pour les lanceurs et lanceuses d’alerte et les employé·e·s qui expriment leur opinion.

Nous sommes à deux doigts d’obtenir que Google ne lance pas de moteur de recherche censuré. Passez à l’action dès maintenant.