• Action

Halte aux exécutions extrajudiciaires aux Philippines

En ce moment même, des trafiquants de drogue présumés sont victimes d'exécutions extrajudiciaires.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte, plus de 7 000 homicides cautionnés par l'État ont eu lieu dans le cadre de sa campagne de lutte contre les stupéfiants. À de nombreuses reprises, des consommateurs présumés de drogue ont été tués alors qu'ils étaient détenus par la police ou pendant des opérations policières. Dans certains cas, des policiers ont même collaboré avec des tueurs à gage et tué pour obtenir des avantages financiers.

Les victimes de ces mesures sont majoritairement des hommes jeunes et pauvres. Dans les faits, la guerre contre la drogue, est une guerre contre les pauvres. Dans certains cas, les familles des personnes assassinées ont été confrontées aux vols perpétrés par la police et à la fabrication d'éléments à charge.

Dans le même temps, le président a défendu sa campagne de lutte contre les stupéfiants et l'a prolongée jusqu'en 2022. En outre, pas un seul policier n'a été poursuivi ou licencié en lien avec des homicides commis durant des opérations policières de lutte contre les stupéfiants.

Les enquêtes sont soit inexistantes, soit insuffisantes, et toutes les tentatives faites par les familles des victimes pour amener leurs affaires devant la justice restent donc vaines. La plupart des familles craignent les représailles, et n'osent pas se manifester pour demander justice.

Écrivez au Bureau national d'enquête des Philippines pour lui demander d'ouvrir une enquête sur les exécutions extrajudiciaires.