Nos professionnel·le·s de santé doivent être prioritaires dans l’obtention du vaccin

Au moins 17 000 professionnel·le·s de santé sont morts de la COVID-19 au cours de la dernière année. Ils sont en première ligne de la lutte contre la pandémie. Les personnes âgées et les personnes atteintes de problèmes de santé antérieurs ont aussi beaucoup souffert durant cette pandémie. Agissez maintenant pour qu’elles soient prioritaires dans les plans de vaccination des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Souvent exposés et sous-protégés, les personnes travaillant dans le secteur de la santé se battent pour sauver des vies depuis le début de la pandémie. L’année dernière, un·e professionnel·le de santé est mort toutes les 30 minutes dans le monde — une statistique désastreuse quand on compte moins de deux professionnel·le·s de santé pour mille habitants dans la majeure partie de l’Afrique de l’Ouest et du Centre où les systèmes de santé ont été davantage affaiblis du fait de la pandémie.

A ce jour, plus de la moitié des doses de vaccins dans le monde ont été administrées dans seulement 10 pays riches, alors que ces pays représentent moins de 10 % de la population mondiale. De plus en plus de pays de la région signalent des cas de COVID-19, y compris de nouveaux variants du virus qui pourraient être plus dangereux et plus contagieux. Ce n’est pas le moment d’abandonner les personnes travaillant dans le secteur de la santé qui s’évertuent à sauver des vies. Les vaccinations en Afrique ont commencé dans quelques pays, mais il y a encore trop peu de doses.

La moitié de l’ensemble des décès liés à la COVID-19 en Afrique (108 031 au 16 mars 2021) surviennent chez des personnes âgées. Ce groupe, ainsi que les personnes atteintes de problèmes de santé antérieurs, sont plus susceptibles de développer une forme grave de la maladie et de mourir. Les personnes de tous âges atteints de problèmes de santé antérieurs doivent également être prioritaires dans les plans de vaccination des gouvernements.

La pandémie a changé les habitudes des personnes âgées et le type d’interactions qu’elles entretiennent avec les autres, y compris dans les foyers multigénérationnels. La pandémie a également affecté les services de soins de santé et la prise en charge d’autres maladies, de nombreux hôpitaux ayant réorienté leur attention vers le traitement des patients atteints de la COVID-19.

Le déploiement équitable des vaccins dans tous les pays, en commençant par les professionnel·le·s de santé et les personnes les plus à risque de contracter le virus de la COVID-19, devrait être accéléré. Les groupes vulnérables des pays à faibles revenus ne devraient pas être laissés pour compte, alors que les pays riches cherchent à étendre leurs programmes de vaccination à l’ensemble de leur population.

Nous devons appeler nos à garantir l'accès aux vaccins en priorité à ceux qui en ont le plus besoin.

Agissez maintenant et exigez une vaccination équitable.
Envoyez un courriel aux chefs d’État d’Afrique de l’Ouest et du Centre pour exiger que les professionnel·le·s de santé, les personnes âgées et les groupes vulnérables soient prioritaires dans l’obtention du vaccin.
Joignez-vous à nos sympathisant·e·s et membres pour exiger que les groupes marginalisés, y compris les détenu·e·s, ne soient pas négligés dans les plans de vaccination.