Équateur. Appelez la procureure générale Diana Salazar à protéger les femmes amazoniennes

Imaginez-vous que, chaque jour, pour mener à bien votre travail, vous deviez risquer votre vie et celle de votre famille.

C’est précisément à ces risques que Patricia Gualinga, Nema Grefa, Salomé Aranda et Margoth Escobar, quatre femmes amazoniennes, font face pour continuer de mener à bien leur mission : protéger la plus grande forêt tropicale du monde. Elles s’opposent à d’énormes intérêts politiques et économiques liés aux industries extractives sur les territoires indigènes. En 2018, elles ont été la cible d’une série d’attaques et de menaces de mort de personnes non identifiées. Depuis plus d’un an, les autorités équatoriennes ne font rien pour les protéger et pour identifier leurs assaillants.

En Équateur, des dizaines de femmes amazoniennes travaillent ensemble pour défendre l’Amazonie, qui abrite des centaines de communautés indigènes, des milliers d’espèces et la moitié des forêts tropicales du monde. Des activités économiques de grande ampleur, comme l’exploitation pétrolière, minière et forestière, représentent souvent une menace pour l’environnement et les droits des populations.

Pour mener leur travail, elles défient de vastes intérêts politiques et économiques. Dans un pays où les attaques dont elles sont victimes restent souvent impunies et où aucune autorité ne peut garantir leur sécurité, les personnes comme elles sont contraintes de risquer leur vie chaque jour pour défendre les droits humains et la nature.

Le président Lenín Moreno et la procureure générale Diana Salazar peuvent mettre un terme à cette situation et garantir justice et protection pour ces femmes et pour toutes les personnes qui défendent les droits humains et l’environnement en Équateur.

Malgré l’impunité et les menaces, Patricia Gualinga, une femme amazonienne, assure qu’elles n’abandonneront pas : « Nous sommes unies et nous poursuivrons notre combat pour défendre Mère nature. »

Appelez la procureure générale Diana Salazar à garantir la justice et la protection pour ces femmes !