• Action

Réclamez justice pour les victimes de violations des droits humains en Tunisie

Des milliers de victimes de violations des droits humains pourraient être privées de leur droit à la vérité et à la justice.

Le 8 octobre 1991, Faysal Baraket, un étudiant de l’université de Tunis âgé de 25 ans, était torturé à mort dans un poste de police après avoir dénoncé les brutalités policières. Plus de 25 ans plus tard, son frère, Jamal, continue de se battre pour que ses meurtriers soient traduits en justice.

L’exemple de Faysal est emblématique de la torture et des mauvais traitements généralisés devenus la marque de fabrique du régime du président Zine el Abidine Ben Ali. Les cas de plus de 60 000 victimes comme Faysal ont été confiés à l’instance Vérité et Dignité (IVD), créée pour mettre au jour la vérité et obtenir justice pour les victimes de violations des droits humains commises en Tunisie au cours des 50 dernières années.

Mais récemment, le Parlement tunisien a voté contre le prolongement du mandat de cette instance chargée de recenser les violations flagrantes, d’enquêter à leur sujet et de les porter devant les tribunaux dans le cadre de la justice transitionnelle. Sans ce prolongement, l’IVD ne pourra pas terminer son travail.

Envoyez un courriel aux autorités tunisiennes pour défendre l’existence de l’IVD.

Nous devons agir dès maintenant pour aider des milliers de victimes à obtenir justice. Jamal, le frère de Faysal, demande au « sage peuple de ce pays de faire tout ce qui est en son pouvoir » pour rendre justice à Faysal et à d’autres personnes comme lui. Rejoignez son combat.