Grèce. Les réfugié·e·s doivent de toute urgence être protégés de la pandémie de COVID-19

Alors que le monde fait face à la crise de la pandémie de COVID-19, les risques pour les réfugié·e·s sur les îles grecques se multiplient à chaque instant. Des milliers de personnes âgées, de personnes souffrant de maladies chroniques, d’enfants, de femmes enceintes, de jeunes mères et de personnes souffrant d’un handicap y vivent dans des conditions de surpopulation dangereuses, et font maintenant également face à la menace de la pandémie de COVID-19, dont les conséquences seraient catastrophiques pour les personnes confinées dans des camps.

En plus de protéger le reste de la population, le gouvernement grec doit immédiatement prendre des mesures pour protéger les réfugié·e·s de la pandémie et les conduire en lieu sûr.

Les conditions de vie des réfugié·e·s et des personnes demandeuses d’asile sur les îles grecques sont inhumaines. Le 22 mars, la population des camps sur Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros s’élevait à environ 37 000 personnes, alors que les installations sont prévues pour accueillir 6 095 personnes au maximum. L’accès à l’eau, aux toilettes et aux douches est extrêmement limité pour les personnes se trouvant dans les camps. Les gens doivent faire la queue pendant des heures pour obtenir de la nourriture et vivent dans des tentes et conteneurs précaires sans chauffage. Le personnel médical et infirmier est terriblement insuffisant. De plus, les personnes arrivées depuis juillet 2019 n’ont pas accès aux services de santé publique.

Au lieu de les protéger du COVID-19, le gouvernement grec restreint encore davantage les déplacements des réfugié·e·s et continue de rejeter illégalement les demandes d’asile des nouveaux arrivants. Ces conditions rendent la protection des personnes dans ces camps impossible et les soumettent à un risque accru face à la menace du COVID-19. Si une épidémie éclate dans les camps, une quarantaine entraînerait de nombreuses morts qui auraient pu être évitées.

Les autorités grecques doivent, avec l’aide de l’Union européenne, garantir les droits humains et la dignité des réfugié·e·s et prendre immédiatement des mesures pour protéger la vie des personnes vivant dans les camps sur les îles grecques.

Agissez maintenant en envoyant un message au Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, l’appelant à :

  • transférer en toute sécurité les personnes se trouvant sur les îles vers des logements adaptés sur le continent ;
  • veiller à ce que le personnel et les soins médicaux dans les camps soient suffisants ;
  • fournir des produits d’hygiène adaptés, assurer un approvisionnement continu en eau courante, désinfecter les zones et veiller au ramassage et à l’évacuation en temps opportun des déchets ;
  • donner librement accès au système de santé publique aux personnes demandeuses d’asile et aux migrant·e·s sans discrimination, notamment en fournissant des tests et des traitements pour le COVID-19 et en mettant en œuvre des mesures préventives.