Demandez au gouvernement du Nicaragua de garantir le droit de défendre les droits humains et l’exercice de la liberté d’expression

Le Nicaragua traverse l’une des plus graves crises des droits humains de ces dernières décennies. La stratégie de répression mise en œuvre par le gouvernement du président Daniel Ortega après les manifestations qui ont commencé le 18 avril 2018 a fait 328 morts et plus de 2 000 blessés.

De plus, 100 journalistes et professionnels des médias ont été forcés à l’exil et plus de 100 personnes sont en détention pour avoir participé aux manifestations. Des journalistes et des ONG ont été persécutés pour avoir critiqué le gouvernement et des dizaines de milliers de personnes ont été obligées de fuir le pays.

Parmi les défenseur·e·s des droits humains qui ont fui le Nicaragua figurent Francisca Ramírez, dirigeante paysanne qui a reçu des menaces de mort de hauts représentants du gouvernement après avoir participé aux manifestations, et Lucía Pineda Ubau, journaliste de Noticias qui est arrivée au Costa Rica après avoir passé plus de six mois en détention pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Pendant ce temps, les défenseur·e·s des droits humains qui sont restés au Nicaragua, comme Vilma Núñez, présidente du Centre nicaraguayen des droits humains (CENIDH), continuent à travailler dans un environnement de répression. En décembre 2018, le CENIDH a vu son enregistrement révoqué et ses avoirs confisqués.

Vous pouvez faire bouger les choses. Signez maintenant. Les défenseur·e·s des droits humains et les journalistes jouent un rôle essentiel pour demander au gouvernement du Nicaragua de respecter les droits humains de la population. Appelez le président Daniel Ortega à faire cesser la répression de la société civile, notamment les mesures prévoyant la fermeture d’organisations de la société civile et des médias au Nicaragua et des descentes dans leurs locaux, ainsi que les mesures destinées à les réduire au silence.