Soutenez les personnes qui luttent pour la dépénalisation de l’avortement en Argentine

Le fait d’ériger l’avortement en infraction n’empêche pas les femmes d’avorter, cela rend seulement les avortements moins sûrs. C’est au tour de l’Argentine de dépénaliser l’avortement, et vous pouvez apporter votre soutien aux personnes qui font campagne pour que cela devienne réalité.

Actuellement en Argentine, comme dans de nombreux autres pays du monde, l’avortement constitue une infraction, sauf dans des circonstances exceptionnelles. Les femmes et les filles enceintes qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas poursuivre leur grossesse sont souvent confrontées à un choix impossible : mettre leur vie en danger ou aller en prison. C’est pourquoi, chaque année en Argentine, un demi-million de femmes et de filles enceintes risquent leur vie en ayant recours à un avortement sans bénéficier des soins médicaux qui devraient leur être prodigués par des professionnels qualifiés. Depuis 1983, plus de 3 000 femmes ont succombé à des avortements dangereux.

En février 2019, une fillette de 11 ans originaire de la province de Tucumán s’est vu refuser le droit d’avorter après avoir été violée par le conjoint de sa grand-mère. Lorsqu’elle est entrée à l’hôpital pour demander un avortement légal, les autorités médicales avaient le devoir de protéger sa vie et sa santé. Au lieu de cela, elles n’ont cessé d’ériger des obstacles dans le seul but de la priver de ses droits.

Elle a finalement dû subir une césarienne en urgence qui aurait pu être évitée, ce qui constitue une injustice cruelle et a causé une grande souffrance psychologique et physique chez la fillette. Ce cas tragique prouve encore une fois que la législation draconienne de l’Argentine en matière d’avortement doit changer.

Signez notre pétition et affichez votre solidarité avec les personnes qui luttent pour un accès à des avortements sûrs et légaux en Argentine.