Seul dans une cellule - Libérez Hisham Gaafar

Le journaliste Hisham Gaafar est obligé de dormir à même le sol dans une cellule infestée d’insectes, où il est maintenu illégalement à l’isolement. Sa vision baisse et sa santé se détériore. Appelez le président Adbel Fattah al Sissi à faire libérer cet homme immédiatement et sans condition.

Hisham Gaafar est un journaliste égyptien, défenseur des droits humains et directeur d’une ONG qui se consacre aux études des médias.

En octobre 2015, des policiers sont venus le chercher à son bureau, sans mandat d’arrêt. Cet homme est détenu sur la base d’accusations fabriquées de toutes pièces, selon lesquelles il aurait reçu des fonds d’agences étrangères « dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale », et appartiendrait à « un groupe interdit ». Les autorités égyptiennes utilisent ces chefs d’inculpation contre les personnes qui critiquent le gouvernement actuel, y compris les défenseur-e-s des droits humains, les militant-e-s, les journalistes et les étudiant-e-s.

Hisham Gaafar est maintenu à l’isolement depuis son arrestation, ce qui est illégal aux termes du droit égyptien et du droit international. La durée de sa détention avant le procès dépasse les deux ans maximum prévus par le droit égyptien.

Les proches d’Hisham affirment que sa cellule est infestée d’insectes en raison de fuites d’eaux usées. Il n’y a pas d’éclairage naturel ni de ventilation, et cet homme doit dormir par terre, sans draps et sans matelas.

Sa santé s’est gravement détériorée et il souffre beaucoup. Il présente une atrophie du nerf optique au niveau des deux yeux – ce qui entraîne une perte de la vue –, ainsi qu’une hypertrophie de la prostate. Il n’est pas autorisé à faire de l’exercice physique en dehors de sa cellule. Les gardiens le laissent parfois marcher dans le couloir de l’aile où il est emprisonné, mais il reste généralement enfermé dans sa cellule. Cela équivaut à de la torture.

Cet homme est ainsi séparé de Manar, son épouse depuis près de 30 ans.

« La détention d’Hisham détruit notre famille. » - Manar Tantawie, épouse d’Hisham Gaafar.

Votre signature peut faire la différence.

Nous savons que les autorités égyptiennes peuvent abandonner des poursuites, surtout lorsqu’elles sentent que le monde entier les observe. Votre signature peut aider à faire davantage pression sur elles, et appuiera notre travail continu en faveur des droits humains en Égypte.

Signez et partagez cette pétition aussi largement que possible. Votre signature a contribué à faire relâcher d’autres personnes, elle peut faire de même pour Hisham Gaafar.

Appelez le président Adbel Fattah al Sissi à remettre cet homme en liberté immédiatement et sans condition, et à mettre fin à la pratique de la détention à l’isolement prolongée en Égypte.