Burundi: Action complémentaire: Des défenseurs des droits humains condamnés à 10 ans de prison

Les défenseurs des droits humains Emmanuel Nshimirimana, Aimé Constant Gatore et Marius Nizigiyimana ont été condamnés à 10 ans d’emprisonnement le 8 mars. Ils sont membres de l’organisation non gouvernementale burundaise Paroles et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (PARCEM). Ils faisaient l’objet de poursuites pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et faux et usage de faux. Amnesty International les considère comme des prisonniers d’opinion.

Choose a language to view report

Download PDF