• Recherches

Maroc: Un détenu ayant été torturé observe une grève de la faim deux ans après qu’un organe de l’ONU a demandé sa libération

, N° d'index: MDE 29/2456/2015

Les autorités marocaines doivent exécuter la décision d’un organe des Nations unies, protéger Ali Aarrass d’éventuelles nouvelles violations tant qu’il se trouve en prison, et veiller à ce qu’il puisse véritablement avoir accès à la justice, a déclaré Amnesty International. Ali Aarrass a entamé une grève de la faim à la prison locale de Salé II, près de la capitale marocaine Rabat, le 25 août, deux ans après que le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a demandé sa libération aux autorités marocaines. Sa famille a dit à Amnesty International qu’il est très affaibli et éprouve des difficultés à se tenir debout.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?