• Campagnes

Syrie. Craintes pour un Syrien placé à l'isolement. Ismail Othman al Salihah

, N° d'index: MDE 24/034/2012

Un Syrien âgé de 70 ans est maintenu à l'isolement depuis le 19 mars par les services de renseignement de l'armée de l'air, semble-t-il. Il aurait été incarcéré en raison des activités de son fils en faveur de la réforme. Il est en mauvaise santé et on ignore s'il reçoit les médicaments qu'il est censé prendre tous les jours. Il risque d'être victime de torture et d'autres formes de mauvais traitements.

AU 101/12, MDE 24/034/2012 - Syrie 5 avril 2012
ACTION URGENTE
CRAINTES POUR UN SYRIEN PLACÉ À L'ISOLEMENT
Un Syrien âgé de 70 ans est maintenu à l'isolement depuis le 19 mars par les services de
renseignement de l'armée de l'air, semble-t-il. Il aurait été incarcéré en raison des activités de
son fils en faveur de la réforme. Il est en mauvaise santé et on ignore s'il reçoit les médicaments
qu'il est censé prendre tous les jours. Il risque d'être victime de torture et d'autres formes de
mauvais traitements.
Ismail Othman al Salihah, de Maarat al Numaan, dans la province d'Idlib (nord-ouest du pays), a été appréhendé le
19 mars 2012. Un témoin a déclaré à Ghassan al Salihah, fils d'Ismail Othman al Salihah, que celui-ci avait été
arrêté à hauteur d'un poste de contrôle temporaire non loin de la ville d'Alep ; les habitants de cette zone savent que
les services de renseignement de l'armée de l'air sont responsables de ce poste de contrôle.
Ghassan al Salihah, qui a participé à des manifestations et à d'autres activités pro-réforme, pense que son père a
été arrêté en raison des activités de plusieurs membres de leur famille en faveur de la réforme. Ghassan al Salihah,
qui ne se trouve pas actuellement en Syrie, a été appréhendé par des membres des forces de sécurité le 31 avril
2011 du fait de ses activités ; il a été libéré sans inculpation le 1
er
juin 2011 à la faveur d'une amnistie générale
s'étendant à « tous les membres de mouvements politiques, y compris les Frères musulmans ».
Ismail Othman al Salihah est un enseignant du secondaire à la retraite et n'a, d'après son fils, pas été actif sur le
plan politique depuis le début des manifestations en faveur de la réforme en 2011. Si l'unique motif de son
arrestation est le militantisme de son fils, alors il s'agit d'un prisonnier d'opinion et il doit être libéré immédiatement
et sans condition. Le bien-être d'Ismail Othman al Salihah suscite d'autant plus d'inquiétudes qu'il doit prendre des
médicaments tous les jours pour le diabète et l'hypertension.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en arabe, en anglais ou dans votre propre langue :
dites-vous préoccupé(e) par le fait qu'Ismail Othman al Salihah est détenu au secret depuis le 19 mars 2012 et
qu'il risque de subir des actes de torture et d'autres formes de mauvais traitements ;
engagez les autorités syriennes à lui permettre de contacter sa famille et un avocat de son choix, et de bénéficier
régulièrement de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin ;
demandez la libération immédiate et sans condition d'Ismail Othman al Salihah s'il est uniquement incarcéré en
raison des activités de membres de sa famille ; dans le cas contraire, il doit être inculpé d'une infraction prévue par
le droit international et jugé dans les meilleurs délais conformément aux normes d'équité des procès.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 MAI 2012 À :
Président
Bashar al-Assad
Presidential Palace
Al-Rashid Street
Damascus, Syrie
Fax : +963 11 332 3410
Formule d'appel : Your Excellency, /
Monsieur le Président,
Ministre de l'Intérieur
Major General Mohamad Ibrahim al-
Shaar
Minister of Interior
‘Abd al-Rahman Shahbandar Street
Damascus, Syrie
Fax : +963 11 311 0554
Formule d'appel : Your Excellency, /
Monsieur le Ministre,
Copies à
Ministre de la Justice
Judge Tayseer Qala Awwad
Minister of Justice
Al-Nasr Street
Damascus
République arabe syrienne
Fax : +963 11 666 2460 ; courriel :
moj@net.sy
Formule d'appel : Your Excellency, /
Monsieur le Ministre,
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Syrie dans votre pays. (adresse(s) à compléter) :
Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
ACTION URGENTE
CRAINTES POUR UN SYRIEN PLACÉ À L'ISOLEMENT
COMPLÉMENT D'INFORMATION
Des manifestations majoritairement pacifiques en faveur de la réforme ont eu lieu
sporadiquement en février 2011, mais se sont amplifiées et multipliées après les premiers
homicides de manifestants le mois suivant. Ces rassemblements sont le plus souvent
pacifiques ; pourtant, les autorités syriennes répondent de la manière la plus brutale qui soit
pour tenter d'y mettre un terme. Au cours de l'année écoulée, bien que les manifestations
pacifiques aient continué, les troubles sont devenus de plus en plus violents, des groupes
d'opposition armés souvent associés de manière plus ou moins étroite à l'Armée syrienne
libre menant des attaques visant le plus souvent les forces de sécurité syriennes. Amnesty
International a obtenu les noms de plus de 7 600 personnes qui auraient été tuées pendant les
manifestations ou qui seraient mortes dans des circonstances liées à ces rassemblements depuis
la mi-mars 2011. Dans de nombreux cas, les forces de sécurité auraient tiré sur elles à balles
réelles alors qu'elles participaient à des manifestations pacifiques ou assistaient aux funérailles
de personnes tuées lors de mouvements de protestation. Des membres des forces de sécurité ont
aussi été tués, parfois par des soldats ayant déserté et pris les armes contre le gouvernement.
Des milliers de personnes ont été arrêtées et bon nombre d'entre elles sont détenues au secret dans des lieux inconnus où les
actes de torture et autres mauvais traitements seraient monnaie courante. Depuis le 1
er
avril 2011, plus de 300 personnes
seraient décédées en détention dans des circonstances extrêmement suspectes.
La Syrie dispose de plusieurs agences chargées de la sûreté nationale et du renseignement, en plus d'organisations encore plus
obscures, dont les membres sont souvent armés mais ne portent pas forcément d'uniforme, qui se rendent coupables
d'enlèvements, d'homicides et d'autres violences, et cela avec la coopération, ou au moins l'approbation, des représentants du
gouvernement. Amnesty International a également reçu des informations faisant état d'individus armés qui menacent, agressent
et, parfois, tuent des personnes qu'ils considèrent comme étant liées au gouvernement ou le soutenant.
Depuis avril 2011, Amnesty International rassemble des informations sur les atteintes aux droits humains commises de façon
systématique et généralisée dans ce pays, équivalant à des crimes contre l'humanité. L'organisation demande que la situation en
Syrie soit examinée par le procureur de la Cour pénale internationale, qu'un embargo total sur les armes à destination de la Syrie
soit décrété et qu'un gel des avoirs du président Bachar el Assad et de tous ses proches collaborateurs.
Bien que le gouvernement syrien ait accepté le 27 mars 2012 le plan en six points proposé par Kofi Annan, l'envoyé spécial
conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, Amnesty International continue à recevoir des informations faisant état
d'arrestations et de maintiens en détention dans des conditions s'apparentant à des disparitions forcées. L'organisation a
rassemblé les noms de 393 personnes tuées depuis le 27 mars.
Amnesty International a déjà recueilli des informations sur des arrestations par les forces de sécurité sur la seule base de liens de
parenté avec des personnes considérées comme des militants par le gouvernement syrien. C'est notamment le cas d'Abd
al Rahman Hammada et de son frère Wael Hammada (MDE 24/033/2011), d'Awad Jassim Abbas (MDE 24/037/2011), ainsi que
d'Ali al Abdullah (Syrie : craintes de torture pour des personnes arrêtées dans une banlieue de Damas, 18 juillet 2011,
http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/syria-dozens-held-during-siege-damascus-suburb-2011-07-18).
Nom : Ismail Othman al Salihah,
Genre : homme
AU 101/12, MDE 24/034/2012, 5 avril 2012

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?