• Campagnes

Israël/Territoires palestiniens occupés / Égypte. Action complémentaire. Préoccupations d'ordre médical

, N° d'index: MDE 15/037/2008

Les six patients nommés plus haut ont pu quitter Gaza lors d'une ouverture exceptionnelle de la frontière avec l'Égypte, les 30 et 31 août. Ils sont aujourd'hui pris en charge à l'étranger. D'autres personnes gravement malades demeurent dans l'impossibilité de recevoir les soins dont elles ont besoin.

ACTION URGENTE
DOCUMENT PUBLIC Index AI : MDE 15/037/2008 ÉFAI
2 septembre 2008
Action complémentaire sur l'AU 103/08 (MDE 15/019/2008 du 18 avril 2008) et sa mise à jour
(MDE 15/034/2008 du 22 août 2008) Préoccupations d'ordre médical
ISRAËL / TERRITOIRES PALESTINIENS Nufuz Husni (f), 44 ans, Muhammad al
Hurani (h), 33 ans
OCCUPÉS / ÉGYPTE Rami Al Arouqi (h), 29 ans, Rami al Masri (h), 25 ans,
Sameer Taleb (h), 47 ans, Bassam al Oehidi (h), 28 ans, Nadira
Abu Oweimar (f), 29 ans, Mahmud Odeh (h), 31 ans, Radi abu
Rida (h), 50 ans, Fathi al Ghouf (h; orthographe corrigée), 43 ans,
Ayman al Ladawi (h), 35 ans, Asad al Qarinawi (h), 47 ans, Ahmad
Abu Shawish (h), 46 ans, Naser al Akhras (h), 34 ans
Personne déjà prise en charge : Karima Abu Dalal (f), 34 ans
Personnes actuellement prises en charge à l'étranger : Ahmad Abu Shawish (h), 46 ans, Rada Khdair (f),
22 ans, Walid al Sawarkhi (h), 57 ans, Mustafa Shasha (h), 51 ans,
Jihad al Shatali (h), 50 ans, Muhammad Owdalla (h), 56 ans
Les six patients nommés plus haut ont pu quitter Gaza lors d'une ouverture exceptionnelle de la frontière avec
l'Égypte, les 30 et 31 août. Ils sont aujourd'hui pris en charge à l'étranger. Parmi eux figure Ahmad Abu
Shawish, dont l'état était devenu critique à la suite d'une importante hémorragie provoquée par son cancer de
la vessie.
Le point de passage de Rafah vers l'Égypte n'a été ouvert que quatre fois en 2008, et seulement pour un à
trois jours. Les autorités israéliennes s'opposent à la réouverture de la frontière égyptienne à Gaza et ne
permettent à l'Égypte que de l'ouvrir partiellement et pour des situations exceptionnelles, ce qui était le cas
les 30 et 31 août à l'approche du Ramadan, qui a commencé le 1
er
septembre. Elle est aujourd'hui fermée, et
d'autres personnes gravement malades demeurent dans l'impossibilité de recevoir les soins dont elles ont
besoin.
La seule autre issue est le point de passage d'Erez vers Israël, par lequel doivent passer tous les patients
acceptés dans des hôpitaux spécialisés d'Israël, de Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de Jordanie.
Toutefois, les autorités israéliennes refusent souvent d'autoriser des patients palestiniens à entrer en territoire
israélien ou à le traverser.
Karima Abu Dalal a finalement pu quitter Gaza, en vertu d'un accord exceptionnel, par la frontière égyptienne,
après de nombreux mois perdus pour le traitement de son lymphome de Hodgkin (voir l'AU 103/08,
MDE 15/019/2008, pour de plus amples détails).
Les autres patients gravement malades n'ont toujours pas pu quitter Gaza et il leur est donc impossible de
bénéficier de la prise en charge médicale dont ils ont désespérément besoin. Ils ont été acceptés dans des
établissements d'Israël, de Cisjordanie et de Jordanie, et doivent par conséquent passer par le point de
passage d'Erez vers Israël, et non vers l'Égypte. L'état de santé de certains est si grave qu'ils ne peuvent se
déplacer sans équipement spécialisé. Ils restent donc dans des hôpitaux de Gaza, où les soins spécialisés
dont ils ont besoin ne sont pas dispensés, et leur état de santé se dégrade. Ainsi Nufuz Husni, qui est en
chimiothérapie, est trop faible pour voyager, bien qu'elle ait été acceptée dans un hôpital égyptien après
s'être vu refuser l'autorisation, en mars, de quitter Gaza pour un établissement spécialisé d'Israël. Le voyage
entre Gaza et l'hôpital égyptien est extrêmement fatiguant physiquement.
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le Service de sécurité intérieure israélien a déclaré à plusieurs patients qu'ils ne seraient autorisés à quitter
Gaza que s'ils devenaient informateurs. En décembre 2007, l'un des patients nommés plus haut a informé
des délégués d'Amnesty International en visite que, bien qu'ayant obtenu l'autorisation de quitter Gaza pour
être pris en charge dans un hôpital de Jérusalem, il s'est vu refuser le passage à la frontière pour n'avoir pas
accepté de devenir indicateur. Il n'a jamais pu partir de Gaza depuis et a perdu la vue d'un œil. La section
israélienne de Médecin pour les droits humains (MDH), une organisation non gouvernementale internationale,
a recensé plusieurs autres cas similaires au cours des douze derniers mois.
Les autorités israéliennes ont établi un service de navette sous escorte de sécurité israélienne pour transférer
des patients en Jordanie, mais celui-ci n'a fonctionné que quatre fois au cours des huit derniers mois, ne
transportant que deux à huit malades à chaque trajet. Israël conserve le contrôle effectif de la bande de Gaza.
En tant que tel, cet État est responsable, aux termes du droit humanitaire et du droit international relatif aux
droits humains, du bien-être de la population et doit veiller à ce que la population palestinienne des
territoires occupés bénéficie du même accès aux soins médicaux que ses propres citoyens.
ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires
mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :
aux autorités israéliennes :
- demandez instamment que les personnes nommées plus haut et d'autres malades soient autorisés
immédiatement à se rendre dans des hôpitaux de Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, d'Israël, de Jordanie
ou d'autres pays ;
- priez les autorités de faire d'urgence le nécessaire pour garantir le passage régulier de patients depuis et
vers Gaza par le point de passage de Rafah entre Gaza et l'Égypte ;
- déclarez-vous profondément préoccupé à l'idée que de très nombreux patients gravement malades ne sont
pas autorisés à accéder à des soins qui pourraient leur sauver la vie en dehors de Gaza (merci de préciser les
noms de la liste figurant plus haut) ;
- faites part de la profonde inquiétude que vous inspire le fait que ces patients sont privés de soins pour des
raisons de sécurité non spécifiées, ou parce qu'ils refusent de devenir indicateurs ;
- faites remarquer qu'aux termes du droit international, Israël, en tant que puissance occupante, a le devoir
de veiller à ce que les habitants de la bande Gaza aient autant accès aux soins médicaux que les
ressortissants de l'État d'Israël ;
Ministre de la Défense :
Ehud Barak
Minister of Defence, Ministry of Defence, 37 Kaplan Street, Hakirya, Tel Aviv 61909, Israël
Fax : +972 3 691 6940
Courriers électroniques : minister@mod.gov.il
Formule d'appel : Dear Minister / Monsieur le Ministre,
Major General Yoav Galant
GOC Southern Command, Military Post 02392, Beer Sheva, IDF
Fax : +972 8 990 2655
Formule d'appel : Dear Major General, / Monsieur,
aux autorités égyptiennes :
- demandez aux autorités égyptiennes de faire de toute urgence le nécessaire pour que les personnes malades
puissent rapidement sortir de la bande de Gaza via le point de passage de Rafah.
Ministre de l'Intérieur :
Minister Habib Ibrahim El Adly
Ministry of the Interior, 25 Al-Sheikh Rihan Street, Bab al-Louk, Cairo, Égypte
Fax : +20 22 794 5529
Courriers électroniques : moi@idsc.gov.eg et center@iscmi.gov.eg
Formule d'appel : Dear Minister / Monsieur le Ministre,
COPIES À :
Ministre israélien de la Santé :
Yacov Ben Yizri
Fax : +972 2 678 7662
Courriers électroniques : pniot@moh.health.gov.il
ainsi qu'aux représentants diplomatiques d'Israël et de l'Égypte dans votre pays.
PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. APRÈS LE 14 OCTOBRE 2008, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE
SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?