• Campagnes

Israël et territoires palestiniens occupés. Il faut empêcher la destruction d'une habitation palestinienne

, N° d'index: MDE 15/024/2009

AU 192/09, MDE 15/024/2009 Israël et territoires palestiniens occupés 17 juillet 2009
ACTION URGENTE
IL FAUT EMPÊCHER LA DESTRUCTION D'UNE HABITATION PALESTINIENNE
Les autorités israéliennes s'apprêtent à démolir le logement d'une famille palestinienne à
Jérusalem-Est au motif que celui-ci a été construit sans permis.
Ahmad Ghoshe et sa famille élargie vivent dans la même maison de la vieille ville de Jérusalem depuis plusieurs
générations. Une quarantaine de ses proches habitent les étages inférieurs du bâtiment, qui est de ce fait
extrêmement surpeuplé. En juin 2006, il a construit un petit appartement de 50 mètres carrés au-dessus de la
maison afin d'y loger avec sa femme Haifa, son fils Yusif et l'épouse de ce dernier, Lubna, ainsi que leurs trois
enfants, Anas (six ans), Adam (quatre ans) et Amir (trois ans). Trois mois plus tard, la municipalité de Jérusalem a
ordonné la démolition de cet appartement. Le 8 juillet 2009, à l'issue d'une longue procédure judiciaire, l'exécution
de cette ordonnance de démolition a été déclarée « imminente ». Depuis 2007, cette famille doit payer une amende
mensuelle de 600 shekels (environ 110 euros) pour avoir procédé à des travaux sans autorisation. Seul l'un des
membres du foyer est salarié : il gagne 4 000 shekels (environ 720 euros) par mois, avec lesquels il doit subvenir
aux besoins de toute la famille.
Ahmad Ghoshe est malvoyant et souffre d'asthme sévère ainsi que d'autres graves problèmes de santé. Lui et sa
famille n'ont nulle part où aller et se retrouveront sans ressources si leur logement est détruit. L'un de ses fils,
Muhammad, habitait près de chez eux jusqu'au 9 juin, date à laquelle son habitation a été démolie.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en anglais ou dans votre propre langue) :
déclarez-vous préoccupé par le risque qu'encourent Ahmad Ghoshe et sa famille de voir leur logement détruit, et
exhortez le maire de Jérusalem à annuler immédiatement l'ordonnance de démolition concernant cette habitation ;
priez-le instamment d'annuler toutes les autres ordonnances de démolition visant actuellement des habitations
construites sans permis à Jérusalem-Est ;
demandez qu'un moratoire sur les démolitions d'habitations palestiniennes à Jérusalem-Est soit instauré jusqu'à
ce que la législation relative aux permis de construire soit modifiée de manière à entrer en conformité avec les
normes internationales contre la discrimination.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 AOÛT 2009 À :
Maire de Jérusalem :
Nir Barkat
Mayor of Jerusalem
Jerusalem Municipality
1 Safra Square
Jerusalem 91007
Israël
Courriers électroniques : Lishka@jerusalem.muni.il
Fax : +972 2 629 6014
Formule d'appel : Dear Mayor, / Monsieur le Maire,
Veuillez également adresser des copies aux représentants
diplomatiques d'Israël dans votre pays.
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après
la date indiquée ci-dessus. Merci.
17 juillet 2009
ACTION URGENTE
IL FAUT EMPÊCHER LA DESTRUCTION D'UNE HABITATION PALESTINIENNE
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Depuis qu'Israël a annexé Jérusalem-Est et le reste de la Cisjordanie en 1967, ses autorités mènent une politique
visant à limiter les nouvelles constructions dans les quartiers palestiniens de la ville. Elles démolissent fréquemment
des habitations palestiniennes à Jérusalem-Est et dans les autres territoires palestiniens occupés, au motif que
celles-ci ont été construites sans permis. Pourtant, il est impossible pour la plupart des Palestiniens vivant à
Jérusalem-Est d'obtenir des permis de construire. Des dizaines de familles palestiniennes dans la vieille ville et
plusieurs milliers d'autres dans le reste de Jérusalem-Est voient leur logement visé par une ordonnance de
démolition en attente d'exécution.
En raison de la pénurie de logements dans le secteur palestinien de la ville, de nombreuses familles n'ont pas
vraiment d'autre choix que de construire ou d'étendre leur habitation sans permis. S'ils quittent la ville, les résidents
palestiniens de Jérusalem perdent le droit d'y retourner un jour.
Tandis que des habitations palestiniennes sont toujours démolies parce qu'elles ont été construites sans permis, des
colonies israéliennes illégales continuent d'être établies et étendues à Jérusalem-Est, en violation du droit
international. Dans d'autres quartiers de la vieille ville de Jérusalem, des Israéliens ont obtenu des permis de
construire, et il est extrêmement rare que des habitations de juifs israéliens construites sans permis soient démolies.
AU 192/09, MDE 15/024/2009, 17 juillet 2009

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?