• Campagnes

Bahreïn. Une poétesse bahreïnite condamnée pour avoir lu un poème

, N° d'index: MDE 11/031/2011

Le 12 juin, une étudiante et poétesse bahreïnite a été condamnée à un an de prison pour avoir lu un poème critiquant le roi de Bahreïn.

AU : 179/11 MDE 11/031/2011 Bahreïn 13 juin 2011
ACTION URGENTE
UNE POÉTESSE BAHREÏNITE CONDAMNÉE POUR AVOIR LU UN
POÈME
Le 12 juin, une étudiante et poétesse bahreïnite a été condamnée à un an de prison pour avoir
lu un poème critiquant le roi de Bahreïn.
Ayat al Qarmezi, poétesse et étudiante à l’université de la Faculté des enseignants de Bahreïn, a été condamnée le
12 juin à Bahreïn par le Tribunal de première instance pour la sûreté nationale, un tribunal militaire, à un an de
prison pour avoir pris part à des manifestations illégales, porté atteinte à la sécurité publique et incité à la haine
envers le régime.
Selon sa famille, Ayat al Qarmezi avait l’air forte après son procès et son avocat prévoit de faire appel du jugement.
Ayat al Qarmezi a été détenue au secret pendant les 15 premiers jours de sa détention et affirme qu’elle a été
battue et qu’on lui a administré des décharges électriques durant cette période. Son procès s’est déroulé en trois
audiences, et elle n’a été autorisée à voir sa famille qu’après chacune d’entre elles.
En février, alors qu’elle participait à un rassemblement en faveur de la réforme à Manama, Ayat al Qarmezi a lu un
poème qu’elle avait écrit, et qu’elle a adressé au roi de Bahreïn. Son poème disait notamment : « Nous sommes le
peuple qui tuera l’humiliation et assassinera la misère / N’entendez-vous pas leurs pleurs, n’entendez-vous pas leurs
cris ? »
Ayat al Qarmezi a été contrainte de se rendre aux autorités le 30 mars après que des membres des forces de
sécurité portant des masques ont perquisitionné la maison de ses parents à deux reprises au moins et auraient
menace de tuer ses frères si elle n’obtempérait pas.
Amnesty International estime qu’elle est incarcérée uniquement pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions en
public et la considère comme une prisonnière d’opinion. Elle doit être libérée immédiatement et sans condition, et
les charges retenues contre elle doivent être abandonnées.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en anglais ou en arabe) :
exhortez les autorités à libérer Ayat al Qarmezi immédiatement et sans condition, et à abandonner les charges
retenues contre elle ; Amnesty International estime qu’elle est incarcérée uniquement pour avoir exprimé
pacifiquement ses opinions en public et la considère comme une prisonnière d’opinion.
priez-les instamment d’ouvrir sans délai une enquête indépendante, exhaustive et impartiale sur les actes de
torture ou autres mauvais traitements qu’elle semble avoir subis, de rendre publics les résultats de ces
investigations et de traduire en justice toute personne présumée responsable de ces agissements ;
veillez à ce qu’Ayat al Qarmezi puisse sans délai consulter son avocat et voir ses proches de manière régulière, et
bénéficier des soins médicaux dont elle pourrait avoir besoin ;
demandez aux autorités de respecter et de faire respecter les droits à la liberté d’expression, de mouvement et de
réunion à Bahreïn, dont le droit de manifester pacifiquement.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 JUILLET 2011 À :
Roi de Bahreïn
Shaikh Hamad bin Issa Al
Khalifa
Office of His Majesty the King
P.O. Box 555
Rifaa Palace, Manama, Bahreïn
Fax : +973 1766 4587
Formule d’appel : Your Majesty, /
Sire, (Votre Majesté, dans le
corps du texte)
Ministre de la Justice et des
Affaires islamiques
Shaikh Khaled bin Ali al Khalifa
Ministry of Justice and Islamic
Affairs
P. O. Box 450, Manama, Bahreïn
Fax : +973 17531284
Formule d’appel : Your
Excellency, / Monsieur le
Ministre,
13 juin 2011
Commandant en chef des Forces
de défense de Bahreïn
Marshal Shaikh Khalifa bin
Ahmed Al Khalifa
Bahrain Defence Force
Riffa Road, Bahreïn
Courriel : dgcbdf@gmail.com
Fax : +973 17663923
Formule d’appel : Your
Excellency, / Monsieur,
Veuillez également envoyer des copies aux représentants diplomatiques de Bahreïn dans votre pays. Vérifiez auprès
de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
13 juin 2011
ACTION URGENTE
UNE POÈTESSE BAHREÏNITE CONDAMNÉE POUR
AVOIR LU UN POÈME
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Au moins 500 hommes et femmes ont été arrêtés dans le cadre des manifestations favorables à la réforme qui ont débuté en
février, et quatre sont mortes en détention dans des circonstances peu claires. Des dizaines d’entre eux ont comparu en justice
devant des tribunaux militaires, qui en ont condamné un certain nombre à des peines allant de courtes peines d’emprisonnement
à des sentences capitales, dans deux affaires jusqu’à présent. Proclamé par le roi de Bahreïn le 15 mars, l’état d’urgence –
appelé État de sécurité nationale a été levé le 1
er
juin.
Ayat al Qarmezi a été jugée et condamnée par le Tribunal de première instance pour la sûreté nationale, tribunal militaire
composé de trois juges : un juge militaire et deux juges civils. Amnesty International considère que les civils ne doivent jamais
comparaître devant des tribunaux militaires et que de tels procès bafouent directement les normes internationales d’équité des
procès. Les appels des décisions rendues par le Tribunal de première instance pour la sûreté nationale sont examinés par un
autre tribunal militaire. Il a déjà confirmé deux condamnations à mort lors d’un autre procès.
AU : 179/11, index AI : MDE 11/031/2011, date de publication : 13 juin 2011.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?