République tchèque. Quatre ans après l'arrêt de la CEDH, la République tchèque n'a toujours pas mis fin à la discrimination des enfants roms dans l'éducation

Par Amnesty International, , N° d'index: EUR 71/004/2011

Amnesty International est extrêmement préoccupée par le fait que, quatre ans après l'arrêt rendu en 2007 par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) dans l'affaire D.H. et autres, les autorités tchèques n'ont toujours pas remédié à la discrimination structurelle du système éducatif à l'égard des enfants roms. La ségrégation illégale des enfants roms continue donc de sévir dans les écoles tchèques. Ceux qui sont touchés par cette ségrégation, quelle que soit sa nature, en subiront les conséquences tout au long de leur vie.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?